De glace et de glisse

par Alain Guilbert

Il y a deux sortes de sports d’hiver inscrits aux Jeux olympiques… les épreuves sur glace et les épreuves sur neige…

Allons-y d’abord avec les épreuves sur glace :

– le patinage :
patinage courte piste;
patinage longue piste;
patinage artistique;
hockey;
curling;

et les épreuves sur neige :

– le ski :
ski alpin;
ski de fond;
ski acrobatique;
snowboarding (surf des neiges).

Et il reste encore trois disciplines qui sont disputées sur une surface qui peut être identifiée autant à la glace qu’à la neige:

– bobsleigh;
– luge;
– skeleton.

Les pistes de ces trois dernières disciplines sont à base de neige… mais dans les faits, elles sont davantage disputées sur la glace.

Quelle est la performance du Canada sur la glace et sur la neige?

Aux Jeux de Vancouver (2010), le Canada a obtenu un total global de 26 médailles (dont 14 médailles d’or). Plus de 60 pour cent de ces médailles ont été obtenues dans les sports sur glace, soit :

– 5 médailles en patinage courte piste (2 or, 2 argent et 1 bronze);
– 5 médailles en patinage longue piste (2 or, 1 argent et 2 bronze);
– 2 médailles en patinage artistique (1 or et 1 bronze);
– 2 médailles en hockey (hommes et femmes) – 2 or;
– 2 médailles en curling (hommes et femmes) – 1 or et 1 argent;
soit 16 médailles sur le total de 26 ce qui équivaut à plus de 60 % de nos médailles (plus précisément 61,538 %).

Pour ce qui est de sports sur neige, le Canada a obtenu six médailles, soit :

– 3 médailles en ski acrobatique (2 or, 1 argent);
– 0 médaille en ski alpin;
– 0 médaille en ski de fond;
– 3 médailles en snowboarding (2 or et 1 argent);
soit 6 médailles sur le total de 26 ce qui équivaut à 23 % de nos médailles (plus précisément 23,076 %).

Il reste encore des médailles dont il est difficile de dire si elles ont été obtenues sur la glace ou sur la neige, soit :

– 3 médailles en bobsleigh (1 or, 1 argent et 1 bronze);
– 1 médaille en skeleton (1 or);
– 0 médaille en luge;
soit 4 médailles sur le total de 26 ce qui équivaut à 15 % de nos médailles (plus précisément 15,38 %).

Mais de toutes ces médailles, y en ont-elles qui valent plus que d’autres? Poser la question, c’est y répondre…

Entre vous et moi, la médaille d’or au hockey (hommes) vaut certainement plus que toutes les médailles du patinage de vitesse « courte piste ». Sur ce sujet, je rejoins aisément le chroniqueur de La Presse Ronald King, l’un des plus sous-estimés au Québec, mais qui demeure l’un des meilleurs dans son domaine. Début décembre, il écrivait dans sa chronique (presque) quotidienne les mots suivants : « Vous savez ce que je pense du patinage de vitesse sur courte piste… Un sport mineur… Mickey Mouse… N’importe quel patineur du dimanche qui est le moindrement athlétique et fonceur pourrait gagner une médaille olympique. » Et il continuait ainsi : « Vous n’avez qu’à attendre que les deux petits Coréens s’enfargent et vous passez au podium comme dans du beurre. Il n’y même pas de Russes ou de Suédois là-dedans. Ils seraient gênés de recevoir une médaille pour ça… Vous me ramenez à 25 ans, et je fais une razzia sur la piste de Sotchi. Oui, oui, moi-même. » (Fin de la citation!!!)

King a raison à 100 %…

Entre vous et moi (encore!!!), une médaille en patinage sur longue piste vaut probablement une demi-douzaine de médailles sur courte piste!!!

Historiquement, les sports olympiques étaient de « vrais sports ». Mais la télévision américaine qui verse plus d’un milliard de $ en redevances au CIO (Comité international olympique) depuis plusieurs Jeux pour avoir le droit de tout téléviser a réussi (en échange de ses $) à imposer des sports qui n’en sont pas… Comme le patinage de vitesse sur courte piste qui ressemble davantage à du « roller derby » (comme le dit si bien Ronald King) qu’à un véritable sport… comme les filles qui se font tourner « un ballon sur le nez aux Jeux d’été »… cela ressemble bien davantage à un spectacle qu’à un sport.

Et comment comparer une médaille en ski acrobatique (par exemple, une descente de 20 secondes à travers des bosses) avec une médaille obtenue dans une course de 50 km en ski de fond. Impossible de comparer… me direz-vous. Et vous aurez raison… mais l’une vaut-elle plus que l’autre? Dans mon esprit, il n’y a aucun doute!

P.S. (1) Pendant les Jeux qui commencent bientôt, vous verrez Sochi et Sotchi… lequel est le bon? Bonne question… En russe, là où ont lieu les Jeux, on écrit « Sochi »… Au Canada et aux États-Unis, on écrit « Sotchi »… alors, les deux sont bons… tout dépendant d’où proviennent les images que vous regardez!

P.S. (2) Normalement aux Jeux olympiques, les hommes concourent contre les hommes, et les femmes contre les femmes. Sauf deux exceptions… au patinage artistique, où il y a des épreuves de couples… et en luge où il y aussi des épreuves de couples.

À la prochaine….

À quel rang se situera le Canada?

Mon collaborateur Alain Guilbert a subi la piqûre des Olympiques dès son arrivée au Comité organisateur des Jeux olympiques (le COJO) de Montréal de 1976. Une vingtaine d’années plus tard, il héritait de la vice-présidence des communications à Postes Canada (et devenait mon patron). À ce titre, il avait la responsabilité des parrainages commerciaux et son meilleur coup a assurément été de parrainer l’équipe canadienne de ski acrobatique. Je me souviens de la fierté ressentie chaque fois qu’un « champion » ou une « championne » – parce que le Canada en avait plusieurs dans cette discipline – montait sur le podium avec le logo de Postes Canada sur ses vêtements. Ce n’est pas parce qu’il est à la retraite depuis plusieurs années qu’il a abandonné pour autant son amour pour les Olympiques, surtout ceux d’hiver… là où le Canada excelle particulièrement. Dans le cadre des Jeux de Sotchi 2014, Alain a préparé une série de billets qu’il m’a autorisé à reproduire dans mon blogue. Voici le premier, pour votre bon plaisir et pour en apprendre un peu plus sur les Jeux. J’en publierai quelques-uns en rafale, puis ses billets deviendront quotidiens pendant la durée des compétitions en Russie. Je sais que vous les apprécierez autant que moi.

par Alain Guilbert

Si l’on en croit le président du Comité olympique canadien, l’incomparable Marcel Aubut, le Canada devrait terminer « PREMIER » aux Jeux de Sotchi!!!!

Mais il y a un petit problème… c’est qu’il n’y a pas de classement officiel aux Jeux olympiques… il s’agit de compétitions entre athlètes. Mais, il y a quand même un classement « non officiel ». Les médias veulent toujours avoir un ou des gagnants… ainsi qu’un ou des perdants.

Historiquement, les comités organisateurs des Jeux fournissent aux médias d’information un classement « non officiel » des pays. Ce classement a toujours été basé sur le nombre de médailles d’or remportées par les athlètes d’un pays… et NON PAS sur le total des médailles remportées par un pays. Si nous regardons les résultats des récents Jeux olympiques d’hiver, nous y ferons des découvertes intéressantes.

À Salt Lake City, par exemple, en 2002, la Norvège aurait terminé au 1er rang avec 25 médailles, l’Allemagne en 2e place avec 36 médailles et les États-Unis en 3e place avec 34 médailles. Le Canada, lui, aurait terminé au 4e rang avec 17 médailles, soit le même nombre que l’Autriche qui, avec ses 17 médailles (tout comme le Canada), a terminé au 10e rang. Vous y comprenez quelque chose?

Non… sans doute parce que, pour bien comprendre, il faut connaître le nombre de médailles d’or de chaque pays… ce sont les médailles d’or seulement, du moins dans toute l’histoire des Jeux olympiques (hiver et été) qui ont déterminé (sauf à Vancouver) le rang « non officiel » d’un pays. Dans le cas d’égalité entre deux pays pour le nombre de médailles d’or, ce sont les médailles d’argent qui brisent l’égalité… ou les médailles de bronze (si les pays sont aussi à égalité dans les médailles d’argent).

Donc, regardons les résultats de Salt Lake City en 2002 :

Rang     Pays    Or   Argent   Bronze   Total

1    Norvège         13               5               7          25

2    Allemagne      12            16               8          36

3    États Unis      10            13              11          34

4    Canada              7              3                7           17

5    Russie               5              4                 4          13

6    Italie                  4              4                 5          13

10  Autriche            3              4               10          17

Ainsi l’Autriche, avec 17 médailles, finit au 10e rang alors que le Canada avec 17 médailles finit au 4e rang.

Quant à la Norvège, avec ses 25 médailles (exploit extraordinaire pour un pays plus petit que le Québec), elle finit au 1er rang malgré les 36 et 34 médailles des Allemands et des Américains… bien sûr à cause de ses 13 médailles d’or.

Voyons maintenant les résultats de Turin en 2006 :

Rang   Pays    Or    Argent    Bronze    Total

1   Allemagne     11             12                6           29

2   États-Unis      9               9                7            25

3   Autriche          9               7                7             23

4   Russie              8               6                8             22

5   Canada             7            10                 7             24

6   Suède               7               2                 5             14

Donc, le Canada, avec ses 24 médailles, termine au 5e rang même s’il a obtenu plus de médailles que l’Autriche et la Russie. Si le classement était établi à partir du nombre total de médailles plutôt que sur les seules médailles d’or, le Canada aurait terminé au 3e rang plutôt qu’au 5e. À Salt Lake City, le classement selon l’ensemble des médailles ou seulement les médailles d’or n’aurait rien changé à la position du Canada.

Donc, nous voilà à Vancouver pour les Jeux de 2012… et le Comité organisateur des Jeux qui a son mot à dire dans la diffusion des classements « non officiels » aux médias tout comme le Comité olympique canadien, dont Marcel Aubut à ce moment est déjà le président, mais sans être encore en fonction. Il est élu, mais son mandat ne commence qu’après les Jeux… ce qui évidemment ne l’empêche pas d’intervenir dans toutes sortes de dossiers… comme la présence de Garou dans la cérémonie d’ouverture… un fiasco total… et comme la présence de « son ami » Pierre Gauthier au conseil d’administration des Jeux avec la responsabilité de la présence du français… un autre fiasco total lors de la cérémonie d’ouverture.

Donc, le Comité organisateur, avec l’appui du Comité olympique canadien, décide que le classement « non officiel » sera calculé sur le total de toutes les médailles et non pas sur les médailles d’or seulement… Les deux pensaient qu’ils pourraient ainsi « fourrer » le système et favoriser le classement du Canada… et voici ce que cela a donné :

Rang   Pays         Or    Argent    Bronze    Total

1   États-Unis          9              15                13          37

2   Allemagne        10              13                  7           30

3   Canada              14                7                  5           26

4   Norvège              9                8                  6           23

5   Autriche              4                6                  6           16

6   Corée du Sud      6                6                  2            14

Si on avait suivi la formule traditionnelle, le Canada aurait terminé PREMIER… l’Allemagne, 2e, les États-Unis, 3e et la Norvège 4e.

Je ne sais pas de quelle façon sera établi le classement non officiel des pays à Sotchi… mais j’imagine que ce sera selon la méthode traditionnelle du plus grand nombre de médailles d’or. Malgré les prédictions « enjouées » de Marcel Aubut, qui prédit la PREMIÈRE PLACE au Canada, les chances que cela se produise sont à peu près nulles, sinon inexistantes. À Vancouver, le Canada avait remporté 14 médailles d’or, comparativement à 7 à Salt Lake City et 7 (encore) à Torino. À Sotchi, la foule ne poussera pas derrière les athlètes canadiens comme elle l’avait fait à Vancouver… mais bien derrière les athlètes russes. À mon avis, si le Canada termine en 3e place (total des médailles d’or ou total de l’ensemble des médailles), ce sera déjà un exploit hors de l’ordinaire… Il va falloir que les athlètes performent à la hauteur de nos attentes. J’ai bien hâte de voir combien d’eux et d’elles vont crouler sous la pression. Un peu comme les joueurs et le « coach » du Canadien présentement!

À suivre…