En t’attendant

Je dois avouer que je n’ai aucune idée de l’histoire de ce poème d’octobre 1984. À qui ma mère faisait-elle référence? Je n’en ai pas souvenir. Sans doute quelqu’un qu’elle connaissait et qui venait de se séparer.

Petit papa, où que tu sois,
Maman et moi, on pense à toi.
Même si on dit que je grandis
Je suis encore bien trop petit
Pour protéger et consoler
Celle que tu as sans doute aimée,
Mais lorsque je serai plus grand
Je prendrai bien soin de maman.

Quand on regarde mes cheveux blonds,
On se dit : « Comme il est mignon. »
On aime surtout mes beaux yeux bleus,
Quand je souris, je suis heureux.
Je voudrais bien pouvoir parler
Mais je ne peux que gazouiller,
Pour dire à tous : « Je suis content
Même si mon papa est absent. »

Petit papa, où que tu sois,
Est-ce que des fois, tu penses à moi?
La vie ne devrait pas quand même
Séparer ainsi ceux qui s’aiment.
Allons, ne sois pas malheureux,
Ma chère maman je l’aime pour deux.
Ton petit gars sera, j’espère,
Quelqu’un dont elle sera très fière.

Une réflexion sur “En t’attendant

  1. Un bébé, dont le père est absent, nous raconte son histoire. Il est fréquent qu’un couple se sépare avec un tout jeune bébé et même avant l’arrivée du bébé. En autant qu’on ne fait pas porter la culpabilité à l’enfant, car il est souvent la première victime. Il risque de se sentir coupable de la situation plus tard.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s