Des députés brillaient par leur silence

Raymond Desrochers, de Wendover, n’y va pas par quatre chemins dans une lettre publiée dans l’édition du 14 juin 1973 du journal Le Carillon. Il y est question de la « crise de Cornwall », en fait la demande d’une école francophone qui avait été appuyée par une grève des étudiants et des appuis à l’échelle de la province. Desrochers, qui fait partie de l’Association du Nouveau parti démocratique de Prescott-Russell, reproche aux députés Lamoureux et Guindon, respectivement députés de Cornwall et de Stormont-Dundas, d’avoir limité l’importance de cette crise, et aux députés Denis Ethier (libéral fédéral, Glengarry-Prescott-Russell), Osie Villeneuve (conservateur, Glengarry), Albert Bélanger (conservateur, Prescott-Russell) et Jean-Robert Gauthier (libéral, Ottawa-Est), leur silence.

Et d’ajouter Desrochers : « Il ne s’agit pas d’une ‘question provinciale’. C’est la communauté francophone toute entière qui en souffre; on ne peut diviser la communauté en ‘questions provinciales’ ou en ‘questions fédérales’ — c’est le problème de tous! Il ne s’agit pas non plus d’une division entre francophones et anglophones: ce serait simpliste et naïf d’en croire autant. Il s’agit plutôt, d’une part, de francophones pour la plupart prêts à revendiquer leurs droits, d’une minorité de Canadiens-français encore trop timides ou ignorants pour se faire valoir et d’une majorité d’anglophones peureux et indifférents et, d’autre part, d’une minorité d’anglophones véhiculant des préjugés et une série d’attitudes néo-colonialistes. » Desrochers, en passant, était le candidat néo-démocrate dans Glengarry-Prescott-Russell en vue des prochaines élections fédérales.

* * *

Les médias n’étaient jamais invités aux activités de l’école St-Joseph d’Alfred. Ce n’était pas une école ordinaire, mais une « école de réforme » pour garçons délinquants; en tout cas, en fonction de la définition de la délinquance de cette époque. L’école était administrée par les Frères des écoles chrétiennes. Mais en cette fin de printemps de 1973, les médias sont invités à « la 25e journée annuelle de la police » et une pleine page y est consacrée dans l’édition du 14 juin 1973. « Cette journée de la police faisait partie des organisations de la Gendarmerie royale canadienne dans le cadre de ses activités pour célébrer leur centenaire. » Ils étaient « environ 80 étudiants de l’institution, dont l’âge varie de 10 à 18 ans, à démontrer leurs prouesses aux diverses compétitions ». Puisque que ces jeunes étaient des délinquants et non pas des criminels, l’article en nomme plusieurs qui ont mérité des prix. (Note du blogueur : J’ai connu un confrère séminariste qui s’était fait expulser du Petit séminaire et qui avait abouti à cette école de réforme. Il est heureusement revenu sur le droit chemin.) Cette « école de réforme » a cessé ses activités il y a de très nombreuses années et ses locaux abritent aujourd’hui le campus d’Alfred de l’Université de Guelph; une école d’agriculture francophone en fait. Je reviendrai sur ce dernier point.

* * *

Les caisses populaires connaissent une croissance phénoménale dans la région. Comme on peut le lire dans Le Carillon du 14 juin 1973, « les 16 caisses populaires, membres de la Fédération des caisses populaires de l’Ontario, ont enregistré un rythme de croissance spectaculaire, en accord avec la tendance générale de la Fédération ». En 1972, l’actif total des 16 caisses était de 19 843 234 $, ce qui équivalait à une croissance de 69,9 p. cent sur l’actif total de l’année précédente. Dans le cas des 80 caisses de la Fédération, l’actif total de 1972 était de 185 336 880 $, soit 26,2 p. cent de plus qu’en 1971. En comparaison, les Caisses populaires du Québec avaient connu une croissance de 21,8 p. cent en 1972. Il faut retenir que les caisses populaires de la région étaient encore plutôt récentes. Le succès des caisses populaires et du mouvement fondé par Alphonse Desjardins n’a plus à être démontré.

Publicité

C’était nouveau et ça dérangeait drôlement

Les cours d’éducation sexuelle faisaient leur entrée dans les écoles. C’était nouveau et ça dérangeait. Dans l’édition du 7 juin 1973 du journal Le Carillon, l’archevêque Joseph-Aurèle Plourde se sent obligé d’aborder la question dans une lettre à ses diocésains. « Le cours qui est ici mis en question est un cours d’éducation familiale, et non pas seulement d’éducation sexuelle. Dans son ensemble, il est indéniable qu’il peut aider l’enfant à se mieux connaître, et à mieux connaître et comprendre les autres avec leurs différences et leur psychologie. À ce titre, il est un complément appréciable aux efforts indispensables des parents en ce domaine. L’éducation sexuelle ne constitue qu’une petite tranche de ce cours. Il faudrait éviter de condamner tout le cours à cause de l’insatisfaction que pourrait susciter cette tranche. » Mais Plourde ajoutait un avertissement : « Bien que le cours semble satisfaire de très nombreux parents, l’inquiétude exprimée par d’autres, également nombreux, est légitime et doit être prise en sérieuse considération. Elle justifie en particulier une étude approfondie des textes, des instruments complémentaires employés par les enseignants, ainsi que l’usage qu’en font ces derniers. » Mgr Plourde souhaitait surtout, en conclusion, « que les efforts que le diocèse entend déployer pour aider à améliorer la situation, mettront pour le moment du moins, un terme à la controverse en cours qui risque de diviser la communauté diocésaine ».

* * *

« L’exécutif de l’Association du Nouveau parti démocratique de la circonscription de Prescott-Russell réclamera une enquête publique sur l’espionnage électronique qui aurait eu lieu durant la dernière campagne provinciale de 1971, dans la région. » Il en question dans l’édition du 7 juin 1973. La réaction de l’association faisait suite à des propos tenus à Toronto par le député néo-démocrate de Toronto-High Park, le Dr Morton Shulman, et le responsable de la publicité du candidat défait Yvon Montpetit, John St-Amour. « On se souvient que M. St-Amour a déclaré, à l’occasion d’une conférence de presse convoquée à Toronto récemment, que certaines de ses conversations avec le candidat défait Yvon Montpetit auraient été enregistrées par la Sûreté provinciale de l’Ontario et qu’un de ces enregistrements était tombé entre ses mains de façon mystérieuse. M. St-Amour faisait vraisemblablement à l’époque l’objet d’une enquête en rapport avec des accusations de vol et possession d’armes à feu qui ont été subséquemment portées contre lui. Il a été acquitté récemment de quelque 65 accusations de possession d’armes à feu non enregistrées et d’armes restreintes, à la suite d’un long procès qui s’est déroulé au Palais de justice de L’Orignal. »

* * *

Le village de Russell dans le canton du même nom aura un nouvel aréna. C’est ce que nous apprenons dans l’édition du 31 mai 1973. Les travaux seraient entrepris dès le 1er décembre « sous l’égide du plan fédéral de stimulants à l’emploi ». Ce projet représentait des coûts de 299 000 $. « À Russell, le nouvel aréna serait construit au même endroit que s’élevait l’ancienne structure, vieille de 20 ans, démolie en 1971. » Quarante ans plus tard, en 2011, cet aréna est toujours là, mais contrairement à l’époque, elle n’a pas été démolie, mais plutôt agrandie et rénovée en 2010.

* * *

Ça c’est un retour en arrière. Une publicité du magasin Roger A. Charest, dans l’édition du 7 juin 1973, le proclame « le roi des cartouches stéréo ». La petite annonce rappelle aux consommateurs que « nous avons pour vous un choix de 2,000 cartouches en magasin. Un grand choix de stéréo pour maison, auto, bateau et portatif pour la plage ». Je ne me souviens plus quand est disparue la cartouche huit pistes, mais ça fait longtemps. Si vous en aviez achetées, vous les avez sûrement jetées depuis belle lurette. En tout cas, c’est ce que j’ai fait avant même de déménager à Embrun.

Ce qui compte « …c’est savouère qu’a va l’avouère »

Le Secrétariat d’État n’hésitait pas à financer des tournées d’artistes dans les régions francophones hors Québec. Comme en fait foi Le Carillon du 10 mai 1973, Viola Léger viendra présenter « La Sagouine » d’Antonine Maillet à Hawkesbury, Alexandria, Vankleek Hill, Plantagenet et Casselman entre le 10 et le 15 mai. Il s’agissait d’une tournée nationale en fait.

Dans l’édition du 17 mai 1973, Dominique Demers signe un reportage sur cette série de spectacles. Elle a même obtenu une entrevue avec Viola Léger « une enfant de 72 ans sur scène, une enfant à la peau craquée et au dos courbé, mais toujours une enfant. Elle garde la fraîcheur, la sincérité, l’honnêteté de l’enfance ». Une amie de Dominique lui avait demandé d’obtenir une signature de Viola Léger. Voici ce qu’elle avait écrit, en s’inspirant de la Sagouine : « C’est pas d’avouère de quoi qui rend une parsonne bien aise, c’est savouère qu’a va l’avouère. » C’est encore pertinent.

* * *

Les soirées de lutte au Centre Mémorial attiraient près d’un millier de personnes à chaque semaine. Cette fois, il y aurait du nouveau, comme on peut le lire dans l’édition du 10 mai 1973. « Cécile Hyland, 135 livres, de Lewiston, Maine, sera opposée à Lise Raymond, 130 livres, de Drummond, dans un combat d’une chute à finir. » C’était la première fois que des lutteuses faisaient partie de ces soirées.

* * *

C’est écrit comme ça dans l’édition du 10 mai 1973 : « D’après Rudy Geinreich, de New York, l’homme qui a prédit il y a dix ans que la femme se promènerait sur la plage, à la façon dite ‘Top-Less’, et celui qui inventait le ‘See-through-look’, c’est-à-dire la blouse transparente, il semblerait que l’été 1973 verra la femme attraper plus de coups de soleil cet été que jamais auparavant. » Je n’ai jamais vu confirmation de ses prédictions.

* * *

« Jean-Marc Lalonde, de Rockland, a été proclamé Sportsman de l’année dans l’Est de l’Ontario et l’Ouest du Québec, lors du 24e gala Julien-Daoust tenu jeudi dernier à l’hôtel Skyline d’Ottawa. » On en parle dans Le Carillon du 31 mai 1973. Comme le souligne l’article, « depuis de nombreuses années, il n’a qu’une ligne de pensée: le sport ». Voilà! Jean-Marc vient de terminer un dernier mandat comme député libéral de Glengarry-Prescott-Russell à Queen’s Park. Il représentait la circonscription depuis 1995. Il a décidé de prendre une retraite bien méritée.

Les taxes… un gouvernement peut changer d’idée

Voilà, il semble finalement que les gouvernements peuvent changer d’idée quand il le faut et le veule. Comme le rapporte Le Carillon du 26 avril 1973, le premier ministre Bill Davis et son ministre John White (Trésor, Économie et Affaires intergouvernementales) ont « en effet annoncé que l’imposition de la taxe spéciale de 7 p. cent sur l’électricité, l’huile à chauffage et autres sources d’énergie utilisées pour le chauffage et l’éclairage, prévue par le dernier budget ontarien, avait été annulée ». Davis et son gouvernement avaient dû céder devant les nombreuses pressions, y compris de députés conservateurs.

* * *

Signe des temps. L’hôtel Century Inn de Grenville était l’endroit par excellence où se rencontraient les jeunes les fins de semaines pour boire et danser. Il ne s’y passait rien d’autres. Mais comme on peut le lire dans une pleine page d’annonce de l’édition du 19 avril 1973, « l’endroit le plus populaire de la région » présentera des « danseuses ‘topless’ go-go en spectacle à partir de 8 p.m. à la fermeture » les lundis, mardis, mercredi et jeudis. Les proprios voulaient assurément faire des profits en début de semaine aussi.

* * *

Il est beaucoup question de politique dans l’édition du 10 mai 1973 du journal Le Carillon. Ainsi, le premier ministre Bill Davis est de passage à Hawkesbury pour inaugurer la nouvelle école prématernelle, voisine de l’hôtel de ville. Quelques jours plus tard, c’est le chef national du Nouveau parti démocratique, David Lewis, qui s’arrête en ville.

Davis s’était rendu à Alexandria ce jour-là, en après-midi, pour revenir à Hawkesbury en soirée lors d’un souper-bénéfice de l’Association progressiste-conservatrice de Prescott-Russell. Davis avait affirmé que son gouvernement n’avait aucune intention d’imposer un gouvernement régional dans Prescott et Russell. Dans le cadre du reportage signé Charles Burroughs, une photo intéressante : celle montrant la jeune Dominique Demers, « étudiante à l’École secondaire régionale de Hawkesbury et candidate de cette institution au titre de reine de la Semaine française de Cornwall » qui s’était faufilée à travers la foule pour offrir au premier ministre Davis « un billet pour le tirage de $500 organisé à l’occasion de la semaine française ». Voilà pour du toupet. Rien ne l’arrêtait.

* * *

La Caisse populaire de Hawkesbury inaugure ses nouveaux locaux le dimanche 13 mai 1973 sur l’emplacement de l’ancien presbytère de l’église St-Alphonse-de-Liguori. Ils sont toujours là, mais ont été améliorés au fil des années. La charte de cette caisse avait été signée le 21 avril 1950 et le premier président de son conseil d’administration avait été René Portelance. D’un actif de 6 413 $ à sa première année complète d’existence (1951), la Caisse comptait maintenant un actif de 3 471 241 $ à l’inauguration de ses nouveaux locaux.

Des étudiants font la grève pour des écoles françaises

Les « adultes » les réclamaient depuis plusieurs années. Cette fois, ce sont les étudiants qui s’en mêlent et ils sont prêts à faire la grève pour faire avancer leur point de vue. Il faut des écoles secondaires de langue française ou tout au moins des professeurs francophones. Comme le rapporte Le Carillon du 5 avril 1973, des étudiants de l’école secondaire St-Laurent de Cornwall font la grève afin d’obtenir une école secondaire française pour septembre. Les étudiants des écoles secondaires de Hawkesbury et de Vankleek Hill ne vont pas jusqu’à la grève, mais ils manifestent pour « démontrer leur solidarité ». À Vankleek Hill, les 250 étudiants francophones demandent au Conseil d’éducation d’embaucher des enseignants tout au moins bilingues « afin qu’ils puissent bénéficier d’explications dans leur langue maternelle lorsqu’ils doivent faire face à certains problèmes dans leurs cours ». À Hawkesbury, les étudiants ne font pas la grève, mais ils exercent des pressions auprès des diverses autorités afin de faire valoir leurs points de vue et appuyer les étudiants de Cornwall. Fait intéressant, « l’Union culturelle des Franco-Ontariennes de la région de Russell, qui comprend au-delà de 675 membres, a offert son appui aux étudiants francophones » de Cornwall. Les étudiants de Cornwall gagneraient leur point et d’autres écoles suivraient ailleurs en Ontario au fil des années subséquentes.

Le directeur de l’éducation, Edgar Mageau, avait d’ailleurs présenté un rapport au Conseil d’éducation de Prescott-Russell à cet effet et Le Carillon du 19 avril en fait état. Ainsi, ce jour de solidarité du 30 mars, « à Embrun, les étudiants ont été absents des cours toute la journée et ils ont nolisé deux autobus pour se rendre à Cornwall »; à Casselman, « tous les étudiants sauf une vingtaine ont été absents » et là aussi certains s’étaient rendus à Cornwall en autobus. À Rockland, « tous les étudiants sauf un étaient absents au cours de l’avant-midi » et des défilés et des manifestations avaient eu lieu avant l’heure du dîner. « À Plantagenet, environ 650 étudiants étaient présents à l’école et 350 autres se sont abstenus des cours. De ce nombre, 150 sont restés à la maison et un groupe identique a paradé à Plantagenet. »

* * *

C’est au tour du Canadien Pacifique à voir un de ses trains dérailler, cette fois à Papineauville. Ce village en avait été paralysé, comme on l’explique dans l’édition du 12 avril 1973. « C’est vers 10 h 30 mercredi matin qu’un camion semi-remorque est entré en collision avec un convoi d’une centaine de wagons à la sortie est du village de Papineauville. Sous la force de l’impact, près de 25 wagons-citernes remplis d’huile ont déraillé et se sont empilés le long de la voie ferrée et par-dessus la route 8. » Les 80 à 100 pompiers et policiers étaient aux aguets parce que certains wagons contenaient du chlore. « Les complications se sont aggravées quand l’huile a pris feu, provoquant la destruction du garage de Mme Annette Lamothe et de la maison adjacente. » Tout ça n’a fait qu’un seul blessé, l’ingénieur du train, qui s’est rapidement remis de ses blessures mineures. Décidément, ce n’étaient pas de bonnes semaines pour des déraillements après Limoges et Glen Robertson-Dalkeith.

Le Carillon avait publié cette nouvelle dès le lendemain matin, « scoopant » les quotidiens qui étaient alors publiés en après-midi. Nous en étions très fiers, jusqu’au moment où nous apprenons que tous nos lecteurs du comté de Russell et d’Ottawa n’avaient pas reçu leur journal « pour la simple raison que les sacs de livraison ont été oubliés au bureau de poste de Hawkesbury, dans la nuit de mercredi, par un nouveau camionneur postal ». Comme je le signalais dans ma chronique de la semaine suivante, des occasions de « scooper » les quotidiens « se produisent rarement dans la presse hebdomadaire ». Nous la réussissions assez souvent. Quant aux sacs de courrier, les employés du bureau de poste de Hawkesbury les oublieraient encore une fois deux semaines plus tard.

* * *

Ces statistiques provenaient justement du bureau de poste de Hawkesbury qui venait de publier un rapport à cet effet. Comme on peut le lire dans l’édition du 12 avril 1973, « la ville comprend 2,595 maisons, soit 2,215 habitées par des francophones et 380 par des anglophones ». Soit une proportion de 83,8 % de résidences francophones. Pour les locataires d’appartements, c’est un peu différent; ils sont « répartis en 173 logis habités par des francophones et 86 par des anglophones ». Quant aux maisons d’affaires, le bureau de poste en compte 267, soit 193 françaises et 74 anglaises.

* * *

C’était trop de travail, député et propriétaire de boulangerie. Denis Ethier décide donc de vendre son entreprise, Boulangerie Dalkeith, à une autre importante boulangerie de son coin, Georges Lanthier et fils d’Alexandria. La Boulangerie Dalkeith existait depuis 50 ans. La société Georges Lanthier et fils allait devenir un des plus importants joueurs de ce secteur dans la province. Elle existe encore.

Une démission pour un dictaphone

La présidente de la Commission d’urbanisme du canton de Russell n’avait pas du tout apprécié l’achat d’un dictaphone de 640 $ à même le maigre budget de 3 000 $ de cet organisme. Elle remet donc sa démission, mais le maire Bernard Pelot qualifie cette décision de « geste enfantin ». Trois conseillers sur cinq s’étaient pourtant montrés favorables à un tel achat. Claire Desormeaux, qui demeure par contre conseillère au Conseil municipal du canton, reprochait au Conseil de favoriser « le développement du village de Russell au détriment du village d’Embrun ». Mme Desormeaux avait toutefois rétorqué que le dictaphone n’était pas la raison de sa démission, mais plutôt l’attitude interférente des autres membres du Conseil et du maire. Les désaccords entre les deux villages ne sont pas d’aujourd’hui.

* * *

Charlemagne LeCours avait été maire du village de L’Orignal de 1967 à 1970. Il décède le 27 mars à l’hôpital St-Vincent d’Ottawa des suites d’une longue maladie. C’était tout un personnage. C’était aussi mon informateur privilégié lorsqu’il siégeait au Conseil des comtés unis de Prescott et Russell. Je crois vous l’avoir déjà mentionné.

* * *

Il en question dans Le Carillon du 5 avril 1973. La Chambre de commerce de Plantagenet et Plantagenet-Nord proclame Jean-Yves Lalonde, de Curran, citoyen de l’année 1972. Lalonde, un enseignant à l’école Saint-Paul de Plantagenet depuis 1969, est bien connu dans sa communauté et y participe activement. Plus tard, il se lancera en politique municipale et il y est toujours. Jean-Yves, que je revois régulièrement, est présentement président du Conseil des comtés de Prescott et Russell et maire de la municipalité d’Alfred-Plantagenet. Il habite toujours à Curran. Il a pris sa retraite de l’enseignement, après 33 années de service, en 2000. Lors de la récente Foire gourmande Lefaivre-Montebello, il a passé la journée à Lefaivre à accueillir les milliers de visiteurs. On l’avait aussi pressenti pour devenir le candidat libéral à l’élection provinciale de 2011 afin de succéder au député Jean-Marc Lalonde; il avait refusé cette invitation.

* * *

Yvon Myner, proprio du cinéma Laurentien de Grenville, me remet une invitation pour la grande première à Montréal au film « Kamouraska » de Claude Jutras, avec Geneviève Bujold, Richard Jordan, Suzie Berthiaume, Huguette Oligny, Olivette Thibault, Janine Sutto et Camille Bernard. Je m’y rends bien sûr, au cinéma Saint-Denis, et dans ma chronique du 5 avril 1973, je note ceci : « Objectivement, l’œuvre est excellente: moi je ne l’ai pas aimée, mais mon épouse l’a trouvée formidable. » Voilà pour ma courte carrière de critique-cinéma.

* * *

Dans l’édition du 29 mars 1973, il est question de la construction d’un centre commercial de 22 magasins sur la rue Spence à Hawkesbury. Les marchands de la rue Principale ne sont pas contents. Les deux principaux locataires seraient les chaînes A&P et K-Mart. Le parc de stationnement pourrait accueillir 750 voitures. Le centre est toujours là, mais n’est plus que l’ombre de lui-même. La société Sobeys vient d’y ouvrir une franchise sous la bannière FreshCo il y a quelques semaines. À Hawkesbury, une rumeur circule à l’effet que le magasin local de la LCBO (extrêmement populaire avec les consommateurs québécois) déménagerait dans ce centre, là où était déjà le A&P.

Des projets d’initiatives locales sur la ferme

L’Association NPD de Glengarry-Prescott-Russell avait convoqué ses membres à Plantagenet pour son assemblée générale annuelle et 132 partisans répondent à l’invitation. L’agriculture est le principal thème de discussion ce soir-là. Les néo-démocrates régionaux aimeraient « que le gouvernement fédéral accorde aux cultivateurs canadiens des subventions semblables à celles des projets d’initiatives locales afin de les aider à passer à travers la crise financière à laquelle ils font face présentement ». Comme le précise l’article de l’édition du 22 mars 1973, « de cette façon, les cultivateurs réduiraient leurs dépenses et les sans-travail trouveraient de l’emploi, et tout le monde serait gagnant au change ». Quant aux enfants des cultivateurs, selon les participants à l’assemblée du NPD, « voyant l’exemple de leurs parents qui ont de la difficulté à joindre les deux bouts, ils hésitent souvent à se lancer dans l’agriculture, préférant prendre le chemin de la ville où ils vont souvent grossir les rangs des chômeurs ». Je note en passant qu’Harry W. Gow, d’Alfred, est le président de l’Association NPD de Glengarry-Prescott-Russell. Gow est bien connu encore aujourd’hui, mais comme porte-parole de Transport 2000, un organisme qui encourage le développement du transport en commun. On le cite souvent dans les journaux d’Ottawa et d’ailleurs. Un très sympathique bonhomme que je n’ai pas revu depuis de nombreuses années. Il est aussi un de ceux qui a quitté Alfred pour prendre « le chemin de la ville » en cours de route.

* * *

Il travaillait dans l’ombre… littéralement. Le Carillon était imprimé par la méthode offset et cela sous-entendait la technique photographique et les arts de la chambre noire. Le caméraman de l’imprimerie avait aussi été le photographe du journal pendant de nombreuses années. Il m’accompagnait lors de certains reportages et puisqu’il avait les cheveux roux, comme moi, on le confondait pour mon père. Dans l’édition du 22 mars 1973, l’éditeur André Paquette annonce son décès. « Depuis près de dix années, André Lacombe travaillait dans l’ombre, ici, au Carillon, tout comme dans l’ancien temps pour le Cercle Gascon, Mais combien importante était sa fonction pour nous, car il faisait partie d’une équipe. Non, il n’a jamais eu son nom, à la une, dans notre journal, si ce n’est aujourd’hui, mais André savait que tous ici appréciaient son travail et l’appréciaient lui. » Que vrai! Le Cercle Gascon, en passant, avait été un groupe théâtral local et André s’étaient occupé des décors.

* * *

Le Carillon du 22 mars 1973 annonce aussi que le Conseil de la radio-télévision canadienne a accordé « une licence de radiodiffusion en vue de l’établissement d’un premier service local de radio AM de langue française à Lachute ». Le maire de Lachute et député du comté d’Argenteuil à l’Assemblée nationale du Québec, le Dr Zoël Saindon, devait par contre transférer ses actions à un fiduciaire indépendant « pour toute la période où il sera maire de Lachute », question d’éviter tout conflit d’intérêts. La station diffuserait au 630 (ou 63) de la bande AM. Il y a toujours une station de radio à Lachute, mais elle partage les ondes avec la station de Hawkesbury; les deux diffusent respectivement au 104,9 et 102,1 de la bande FM. Les deux stations sont la propriété de RNC Média, basée à Rouyn-Noranda.

Une convention sans syndicat… c’était possible

Je vous avais raconté l’expérience manquée de syndicalisation du journal et de son imprimerie en 1970 et que ces efforts avaient quand même engendré une association des employés. Dans l’édition du 15 mars 1973, une photo montre l’éditeur et propriétaire André Paquette et le comité de négociation des employés lors de la signature d’une première convention collective de trois ans. Rolland Brunette, de la firme de conseiller en relations ouvrières portant son nom, avait mené les négociations pour l’entreprise, alors que j’avais été le principal porte-parole de l’association autour de la table. Les négociations n’avaient pas été faciles et, à un certain moment, mes journalistes et moi avions remis notre démission. C’était notre seule arme puisque nous n’avions aucun droit de grève, l’association n’ayant aucun statut autre que celui que lui reconnaissait l’employeur. Le vendredi où notre démission était effective rien ne s’était encore passé et je pose donc la question à l’éditeur. Il avait cru à un « bluff ». Nous avons reporté légèrement notre démission, afin de permettre des négociations le samedi matin avec Brunette. En fin de compte, nous avions obtenu plus que nous avions anticipé au début des négociations. Nous avions soumis des demandes, mais comme cela se fait partout, nous n’avions pas cru tout obtenir. Je ne sais pas ce que nous aurions obtenu si tous les autres collègues avaient suivi notre geste et avaient eux aussi remis leur démission. J’avais quand même décidé que ce serait la dernière fois que j’irais au front pour mes collègues. Nous n’avons jamais informé nos lecteurs de ces petits conflits internes parce qu’ils ne s’en sont jamais aperçus.

* * *

Larry Demers est un jeune de l’École secondaire régionale de Hawkesbury qui aspire à faire du théâtre. Son souhait est exaucé. Un texte, sous la signature de « Dominik Demers » (elle signait parfois comme ça) dans l’édition du 15 mars 1973, raconte que Larry a fait partie de la distribution de « Amal et la lettre du roi », une présentation du théâtre étudiant du Centre national des Arts. Larry y interprétait le rôle de Madhav. Ce ne serait pas son dernier rôle; il allait poursuivre plus tard une carrière au théâtre et à la télévision. J’y reviendrai sûrement.

* * *

Un article dans l’édition du 15 mars 1973 annonce aux voyageurs de Hawkesbury qui se rendent à Ottawa par autobus que la compagnie Voyageur aura maintenant un nouveau terminus de 2,5 millions de dollars sur la « rue Catherine à Ottawa, entre les rues Lyon et Kent, dans le centre-sud de la ville ». Jusqu’alors, le terminus d’autobus était situé sur la rue Albert. Le nouvel emplacement de « 111,000 pieds carrés est trois fois supérieur à celui de la rue Albert ». Voilà pour le progrès. Il y a quelque temps, à Ottawa, on parlait d’aménager un nouveau terminus ailleurs en ville, notamment dans le coin de la gare. Par contre, dans les médias du 14 septembre dernier, il était question d’investir pour rénover le terminus de la rue Catherine et y ajouter des services.

* * *

Le Carillon du 22 mars 1973 en parle. Un convoi du CN déraille « à quelques pieds à peine de la petite gare desservant » Limoges dans le comté de Russell. « Le déraillement s’est produit vers 4 h 30 lundi matin alors qu’un convoi de marchandises de 79 wagons venait de quitter Ottawa à destination de Montréal. Pour des raisons demeurées mystérieuses, quelque 23 wagons ont quitté la voie, dans un enchevêtrement de fer tordu et des milliers de tonnes de grain et de marchandises ont été éparpillées sur la rue Principale du village. » Dans l’édition de la semaine suivante, celle du 29 mars 1973, il est question cette fois d’un déraillement de six wagons d’un convoi de 23 « vendredi midi, sur une voie secondaire située entre Glen Robertson et Dalkeith ». Cette fois, c’était plus sérieux. « Les six wagons portaient du chlore et de la soude caustique, et les autorités ont cru à un certain moment devoir faire évacuer les environs. » Cela n’avait pas été nécessaire.

Une loterie pour financer la police

Le Conseil municipal de Hawkesbury soutient que « les services de police devraient être financés par la mise sur pied d’une loterie à l’échelle de la province et recommande même la légalisation des jeux de hasard et d’argent ». Cette suggestion est contenue dans une série de recommandations soumises au Groupe d’étude sur le maintien de l’ordre en Ontario. Le Carillon du 8 mars 1973 en parle à la une. Le Conseil recommandait notamment « que chaque agent en formation suive des cours de relations publiques afin d’offrir un meilleur service aux citoyens » et suggérait « de diviser les responsabilités des policiers de sorte que leur rôle soit de protéger les individus et les propriétés » plutôt que d’être considérés « comme des distributeurs de billets de stationnement ». Le mémoire de la ville de Hawkesbury au Groupe d’étude allait même jusqu’à proposer que « les enquêtes criminelles compliquées devraient être conduites par les autorités provinciales ». À cette époque, Hawkesbury avait son propre service policier; ce n’est que beaucoup plus tard qu’elle l’a démantelée et confié sa protection à la Sûreté provinciale de l’Ontario.

* * *

C’était un peu le commencement de la fin pour ce pont qui enjambait l’Outaouais depuis une quarantaine d’années, le seul entre Montréal et Ottawa. Il ne fallait donc pas se surprendre des énormes répercussions de sa fermeture en ce début de mars 1973. Le Carillon en parle dans son édition du 8 mars. « L’affaiblissement des structures du pont, lors de la flexion des poutres de soutènement sur le côté ontarien, constaté en fin de semaine, a donc eu des répercussions considérables tant du côté ontarien que dans la belle province. » La Sûreté du Québec avait interdit l’accès au pont aux véhicules lourds, les obligeant à effectuer un long détour. Cette décision avait eu un impact majeur sur l’usine locale de la Compagnie internationale de papier et sur Postes Canada pour le courrier en provenance de l’ouest du Québec et qui transitait par le pont Perley.

« Mais ce sont les résidents du Québec qui travaillent en Ontario ou vice versa qui ont été le plus incommodés. En effet, mardi, le pont a été totalement fermé à la circulation, de 10 heures à 15 heures, pendant que des ingénieurs de la compagnie Dominion Bridge procédaient aux réparations. » Au cours des années subséquentes, ce pont a dû subir de nombreuses réparations, mais cela ne changeait rien au fait que le pont Perley devait être remplacé un jour ou l’autre. Il le sera beaucoup plus tard et perdra son nom.

* * *

Sidonie Rozon était la sœur de Noé, le sympathique président et propriétaire de Rozon Discount Food, l’épicerie incontournable de Hawkesbury. Mais on la connaissait sous un autre nom et Le Carillon en parle dans son édition du 8 mars 1973. « Sœur Ste-Rose a été choisie par le Comité des droits de l’homme comme citoyenne de l’année à Sudbury. » Elle était alors pharmacienne à l’hôpital St-Joseph de Sudbury depuis 25 ans et était très appréciée de tous. « Elle a conseillé les jeunes médecins sur les dangers des nouveaux médicaments, a assisté les infirmiers à l’urgence et a conseillé les jeunes aux prises avec des problèmes. Elle a passé plusieurs nuits à réconforter les agonisants. » Elle avait rédigé des articles sur le monde médical et pharmaceutique et elle avait même composé des chansons. « Depuis son arrivée à Sudbury, elle a formé un centre anti-poisons et elle a contrôlé les effets de 475 nouveaux produits pharmaceutiques par année en notant les effets de chacun d’eux. » Elle était originaire de Hawkesbury. Rozon Discount Food n’existe plus depuis quelques années.

Un complexe sportif de plus d’un million… mais pas tout de suite

C’était d’abord et avant tout un projet du maire Yvon Montpetit, fervent sportif et visionnaire. On parle de son dernier projet dans l’édition du 22 février 1973 du journal Le Carillon. « Le maire Yvon Montpetit dévoilera sous peu un projet pour un complexe sportif de plus d’un million de dollars, destiné à remplacer les facilités actuelles du Centre Mémorial. (…) Ce projet semble être la seule solution pratique au problème de la réfection de l’aréna actuel. » Le complexe envisagé par Montpetit « serait un centre récréatif complet combinant une patinoire avec glace artificielle, une piscine intérieure, une piste de course pour le ‘jogging’, des terrains de balle au mur et des courts de tennis extérieurs ». J’y reviendrai parce qu’il y aura éventuellement un complexe sportif, mais non sans une controverse.

* * *

Parlant de visionnaire, il est question d’un autre projet grandiose du maire Yvon Montpetit dans l’édition du 1er mars 1973. Cette fois, une petite Place Ontario sur la Grande Île. « Cette île est idéale pour une telle entreprise, étant située dans la rivière Outaouais, près du pont interprovincial Perley, à l’entrée même de la Belle province, Elle pourrait facilement accueillir une marina, des pavillons, un terrain de camping ou un petit terrain de golf ou même un casino. Ce serait également le site idéal pour reconstruire le fort de Dollard des Ormeaux. » La Grande île avait été acquise de l’Hydro-Ontario l’année précédente pour la somme nominale de un dollar. Rien ne s’est concrétisé.

* * *

Et dans l’édition du 8 mars 1973, on fait référence à une autre idée de Montpetit. Cette fois, il souhaite la formation d’une commission gouvernementale pour les parcs dans la région de l’Outaouais, un peu à l’image de la Commission des parcs du St-Laurent et de la Commissions des parcs du Niagara. Personne ne donnerait suite à cette autre excellente suggestion du maire de Hawkesbury.

* * *

Raymond Ouimet est nommé administrateur en chef du Conseil des comtés unis de Prescott-Russell. Il cumulait les fonctions de secrétaire et de trésorier depuis 1966. On en parle dans l’édition du 1er mars 1973. Il continuerait à ce poste pendant plusieurs années.