Les taxes… un gouvernement peut changer d’idée

Voilà, il semble finalement que les gouvernements peuvent changer d’idée quand il le faut et le veule. Comme le rapporte Le Carillon du 26 avril 1973, le premier ministre Bill Davis et son ministre John White (Trésor, Économie et Affaires intergouvernementales) ont « en effet annoncé que l’imposition de la taxe spéciale de 7 p. cent sur l’électricité, l’huile à chauffage et autres sources d’énergie utilisées pour le chauffage et l’éclairage, prévue par le dernier budget ontarien, avait été annulée ». Davis et son gouvernement avaient dû céder devant les nombreuses pressions, y compris de députés conservateurs.

* * *

Signe des temps. L’hôtel Century Inn de Grenville était l’endroit par excellence où se rencontraient les jeunes les fins de semaines pour boire et danser. Il ne s’y passait rien d’autres. Mais comme on peut le lire dans une pleine page d’annonce de l’édition du 19 avril 1973, « l’endroit le plus populaire de la région » présentera des « danseuses ‘topless’ go-go en spectacle à partir de 8 p.m. à la fermeture » les lundis, mardis, mercredi et jeudis. Les proprios voulaient assurément faire des profits en début de semaine aussi.

* * *

Il est beaucoup question de politique dans l’édition du 10 mai 1973 du journal Le Carillon. Ainsi, le premier ministre Bill Davis est de passage à Hawkesbury pour inaugurer la nouvelle école prématernelle, voisine de l’hôtel de ville. Quelques jours plus tard, c’est le chef national du Nouveau parti démocratique, David Lewis, qui s’arrête en ville.

Davis s’était rendu à Alexandria ce jour-là, en après-midi, pour revenir à Hawkesbury en soirée lors d’un souper-bénéfice de l’Association progressiste-conservatrice de Prescott-Russell. Davis avait affirmé que son gouvernement n’avait aucune intention d’imposer un gouvernement régional dans Prescott et Russell. Dans le cadre du reportage signé Charles Burroughs, une photo intéressante : celle montrant la jeune Dominique Demers, « étudiante à l’École secondaire régionale de Hawkesbury et candidate de cette institution au titre de reine de la Semaine française de Cornwall » qui s’était faufilée à travers la foule pour offrir au premier ministre Davis « un billet pour le tirage de $500 organisé à l’occasion de la semaine française ». Voilà pour du toupet. Rien ne l’arrêtait.

* * *

La Caisse populaire de Hawkesbury inaugure ses nouveaux locaux le dimanche 13 mai 1973 sur l’emplacement de l’ancien presbytère de l’église St-Alphonse-de-Liguori. Ils sont toujours là, mais ont été améliorés au fil des années. La charte de cette caisse avait été signée le 21 avril 1950 et le premier président de son conseil d’administration avait été René Portelance. D’un actif de 6 413 $ à sa première année complète d’existence (1951), la Caisse comptait maintenant un actif de 3 471 241 $ à l’inauguration de ses nouveaux locaux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s