La presse franco-ontarienne : le Sud-Ouest ontarien (2)

Au Sud-Ouest comme à l’Est, le Règlement XVII frappe durement les petits Franco-Ontariens. Il se trouvera naturellement un journal pour faire écho aux héroïques luttes menées contre cette inique et absurde réglementation. Dès sa première édition en date du 25 septembre 1913, Le Clairon donne le ton : « Français dans une province anglaise, catholiques dans une province protestante, nous devons combattre tous les jours pour conserver la langue et la foi de nos mères ». L’hebdomadaire dirigé par C.-E. Lavergne décrit dès lors la situation à Hammond et à Pain Court, où les élèves quittent leur école à l’arrivée de l’inspecteur anglo-protestant.

Oui, il y a résistance au Sud-Ouest où Michael Francis Fallon est évêque depuis 1911. Et lorsqu’il décide, en 1918, de remplacer le défunt curé Beaudoin par un prêtre assimilé, les paroissiens de Notre-Dame-du-Lac, de Ford City (Windsor), empêchent le nouveau curé Laurendeau d’entrer au presbytère. Ils fondent aussi un journal pour défendre leur dignité de catholiques foncièrement canadiens-français. Quel meilleur nom que La Défense pour un hebdomadaire de lutte! En dépit d’un combat acharné, voire même d’une cause plaidée à Rome, le journal ne peut crier victoire. Si la résistance se transforme en obéissance, on assiste néanmoins à une solidarité canadienne-française rarement surpassée au Sud-Ouest, et ce grâce au rôle prépondérant joué par La Défense, véritable organe de ralliement.

En dépit de l’appui financier de l’ACFEO, le journal de Ford City disparaît en 1920 et La Presse-Frontière lui succède en 1921, mais pour à peine un an et demi. C’est un hebdomadaire qui veut se tenir « à l’écart des clans et des factions mesquines qui mettent trop souvent en péril le triomphe d’une grande idée ». C’est aussi un journal qui s’intéresse beaucoup à la chose municipale, clamant qu’il est temps « de confier à quelques-uns des nôtres la surveillance de notre quote-part des contributions aux taxes municipales ». Derrière cette entreprise journalistique de courte durée se cache celui qu’on a surnommé le Lion de la péninsule, le sénateur Gustave Lacasse.

Orateur, médecin, politicien et journaliste, Gustave Lacasse trouve le temps de fonder et de diriger La Feuille d’érable, l’hebdomadaire de plus longue durée au Sud-Ouest ontarien. Il n’utilise pas moins de douze pseudonymes pour commenter l’actualité politique, la vie scolaire et religieuse, les mouvements patriotiques et diverses causes agricoles, commerciales et culturelles. Le journal mène plus d’une campagne en faveur de l’égalité des langues française et anglaise, que ce soit dans l’affichage au bureau fédéral de Windsor, dans l’émission des chèques fédéraux ou sur les ondes de la Société Radio-Canada. Publié de 1931 à 1958, l’hebdomadaire des Pays des Grands Lacs demeure le plus éloquent témoignage de la vie française au Sud-Ouest ontarien.

L’actuel journal diffusé depuis Windsor est Le Rempart, publié mensuellement à partir de 1966 et hebdomadairement depuis mars 1979. Il demeure le fidèle descendant d’une longue tradition journalistique française dans un coin de pays où il ne faut jamais se reposer sur ses lauriers.

Si le Sud-Ouest est marqué par une longue tradition, il en est tout autrement pour la région qui s’étend de la baie Georgienne à la péninsule du Niagara. Ce n’est qu’en mai 1969 que L’Écluse fait son apparition à Welland; l’entreprise reste éphémère, mais ressuscite plus de dix ans plus tard. Hier comme aujourd’hui, ses conditions de survie demeurent précaires. En Huronie, par contre, une presse franco-ontarienne s’est tranquillement et résolument taillé une place. Depuis 1972, Le Goût de vivre n’a cessé de jouer un rôle catalyseur auprès d’une population fière de ses origines. Enfin, à Toronto, les francophones et les francophiles bénéficient épisodiquement de divers organes d’information pour finalement obtenir non pas un, mais deux hebdomadaires d’expression française. L’Express publie depuis le 5 mars 1976, alors que Le Métropolitain a fait son apparition ce printemps (Note du blogueur : tel qu’expliqué lundi, ce texte de Paul-François Sylvestre avait été publié en juillet 1983).

Une réflexion sur “La presse franco-ontarienne : le Sud-Ouest ontarien (2)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s