Un club qui compte de plus en plus de membres

Ce n’est pas de la petite histoire et encore moins des nouvelles d’actualité, mais cette section de la chronique de Charles Burroughs du journal Le Carillon du 18 janvier 1984 m’a fait rire, en passant qu’encore aujourd’hui, avec l’omniprésence des téléphones intelligents et d’Internet (deux choses qui étaient loin d’exister en 1984), le texte vous fera reconnaître bien de vos collègues… si ce n’est pas vous-même. Le voici, pour votre plaisir… et substituez « porte-documents » par « téléphone intelligent » :

« Le club des ulcères (et des maladies du cœur tant qu’à y être) vient d’énoncer les règles suivantes au bénéfice de ses membres :

1) Votre travail passe avant tout. Oubliez tout le reste.
2) Les samedis, dimanches et jours fériés sont parfaits pour travailler au bureau. Il n’y a personne pour vous déranger.
3) Ayez toujours votre porte-documents à portée de la main lorsque vous n’êtes pas à votre pupitre. Ceci vous fournira la chance de passer en revue tous les soucis et les tracasseries de la journée.
4) Ne jamais dire ‘non’ à une requête. Toujours dire ‘oui’.
5) Acceptez toutes les invitations pour réunions, banquets, comités, etc.
6) Toute forme de loisirs est une perte de temps.
7) Ne jamais déléguer la responsabilité aux autres; porter tout le fardeau soi-même.
8) Si votre travail vous oblige à vous déplacer, travaillez toute la journée et voyagez pendant la nuit pour être au rendez-vous à huit heures le lendemain matin.
9) Qu’importe le nombre de tâches qui vous incombent, souvenez-vous qu’il y a toujours de la place pour une autre. »

En passant, faire partie de ce « club des ulcères » peut coûter très cher! Sans oublier les risques de contagion!

* * *

L’année 1984 marquait le 125e anniversaire de la ville de Hawkesbury et ce ne sont pas les activités qui manqueraient tout au long de l’année. Une liste non exhaustive est publiée dans le journal du 25 janvier 1984 pour accompagner l’article sur le lancement des fêtes. Il y avait aussi, en encadré, les paroles de la chanson-thème des célébrations, « composée par Rachel Willems et Laurier Lapalme, sur une musique de Rachel Willems ». J’ai beau essayer de la turluter dans ma tête, ça ne me revient pas. Il faudrait que quelqu’un de Hawkesbury l’enregistre pour les besoins de YouTube et de la postérité… en remplaçant « 125e » bien sûr.

Refrain
Sur les bords de l’Outaouais,
Au pied des vertes forêts,
Une ville unique, il va sans dire
Hawkesbury, quelle joie d’y vivre;
Ta devise nous inspire son élan,
Toujours ‘Vaillant et veillant’,
Des gens souriants, tenaces, sans pareils,
Hawkesbury, c’est notre merveille.

1er couplet
De l’humble ‘Chenail’, où elle naquit
La ville bien vite s’agrandit.
Par le travail et l’industrie,
Nous sommes aujourd’hui.

2e couplet
Concitoyens chantons la gloire
Et les exploits de nos aïeux;
Célébrons la noble histoire
De la ville, de ses gens heureux.

3e couplet
Un 125e, ça se fête;
Quel bon temps pour mieux se connaître
Entre dans la ronde de l’amitié
Avec nous chante ta fierté.