Un directeur des loisirs sans solde… le temps d’une élection

L’implication politique de Rhéal Leroux n’est pas récente. Pour les élections provinciales de 1971, il était l’organisateur du candidat néo-démocrate et maire de Hawkesbury, Yvon Montpetit. Dans l’édition du 23 septembre du journal Le Carillon, on peut y lire qu’afin « de ne pas être accusé de faire de la politique active aux frais des contribuables, le directeur des loisirs Rhéal Leroux a demandé et obtenu un congé sans solde du 27 septembre au 24 octobre ». La permission a été accordée, bien sûr. Et fait intéressant, « M. Leroux continuera toutefois son travail comme directeur des loisirs, principalement dans le but d’assurer la bonne marche du programme d’automne. Pour ce faire, M. Leroux sera à son bureau du parc Mémorial les lundis, mercredis et vendredis matin et travaillera également pour les loisirs, toujours sans paye, la nuit ». Voilà pour du professionnalisme.

* * *

Le nouveau parc provincial Carillon, à l’est de Chute-à-Blondeau, en était à sa première année d’existence et répondait manifestement à un grand besoin. « Pas moins de 45,471 personnes ont franchi la barrière du parc provincial Carillon au cours de sa première saison d’opérations » lit-on dans l’édition du 23 septembre. La moyenne de 352 visiteurs par jour se répartissait en 288 pique-niqueurs et 64 campeurs. À l’époque, on y trouvait l’une des plus belles plages de la région. Je n’y ai pas mis les pieds depuis de très nombreuses années.

* * *

Oui, c’était il y a 40 ans. Le Cinéma Laurentien de Grenville présentait la version française du film « Love Story » avec Ali MacGraw et Ryan O’Neal. La musique était de Francis Lai. Dans le texte de l’annonce : « Elle était belle. Et terriblement intelligente. Elle aimait Mozart et Bach. Et les Beatles. Et moi. » Et il fallait obligatoirement des Kleenex dans sa poche!

* * *

Laurier Lapierre avait été un des deux animateurs, avec Patrick Watson, de la populaire et controversée émission radio-canadienne « This Hour Has Seven Days » et il siégeait au conseil national du Nouveau parti démocratique. Il était présent à Hawkesbury lors du lancement de la campagne du candidat néo-démocrate Yvon Montpetit. Je retiens un paragraphe de mon article de l’époque sur les propos de Lapierre : « Il a mentionné que le peuple, quand il perd confiance dans les processus démocratiques, cherche à trouver d’autres solutions. Il a ajouté qu’une bonne partie du peuple québécois, lors de la crise d’octobre 1970, sympathisait avec la cause du FLQ, malgré les événements tragiques de cette époque et même s’ils n’étaient pas d’accord avec les méthodes radicales utilisées. » Sans autre commentaire.

* * *

Une annonce électorale qui avait fait parler d’elle lors de la campagne électorale de 1971 : « Proulx connaît les problèmes des travailleurs C’EN EST UN! » L’annonce ne précisait pas s’il se référait au fait qu’il était un « problème » ou un « travailleur ». L’annonce a été répétée plusieurs fois. Reste à savoir à ce que l’électeur penserait. J’y reviendrai.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s