Une promenade le long du ruisseau… pas bête comme idée

Une promenade le long du ruisseau. Plusieurs parlaient du besoin d’initiatives pour attirer les touristes. La Jeune chambre de Hawkesbury (les Jaycees) prévoit, « d’ici cinq ans, l’aménagement d’une promenade pour piétons le long du ruisseau Hawkesbury ». Les autorités municipales sont favorables au projet de la Jeune chambre, mais cette dernière a besoin de subventions gouvernementales, dans le cadre du programme fédéral d’aide aux initiatives locales. « La Jeune chambre a en effet demandé une subvention de $6,000 du ministère de la Main-d’œuvre afin d’embaucher cinq hommes qui, pendant trois mois, seront affectés au nettoyage des abords du ruisseau et d’une partie du lit de ce cours d’eau. » L’organisme anticipait des dépenses de 25 000 $ sur cinq ans pour réaliser son projet. « La promenade le long du ruisseau Hawkesbury se prolongera à partir du pont Cécile, près de l’hôtel Bridge Inn, jusqu’au pont de la rue Bon-Pasteur, près de l’église de la paroisse St-Dominique. La promenade comprendra des sentiers recouverts d’asphalte, avec des bancs et des lampadaires décoratifs. » C’était un autre beau projet… jamais réalisé. On en parle dans l’édition du 20 janvier 1972 du journal Le Carillon.

* * *

Sans doute une des dernières publicités pour les cigarettes en page 21 de l’édition du 20 janvier 1972. Une photo d’un paquet de Mark Ten et le texte suivant : « Savourez une Mark Ten, c’est comme se construire une berceuse et se faire demander où on l’a achetée… ça contente! »

* * *

Le restaurant Boston Café était une institution à Hawkesbury. Situé immédiatement à côté de la voie ferrée desservant l’usine de la CIP, c’était le lieu de rendez-vous du vendredi et samedi soir. Tom Eng vient d’acheter l’établissement et ne met pas de temps à « disposer de la vieille bâtisse. Il l’a confiée aux démolisseurs et a entrepris aussitôt la construction d’un nouveau restaurant qui ouvrira ses portes au printemps. Le nouvel édifice comprendra une salle de réception au sous-sol, des salles à dîner au rez-de-chaussée et un logis à l’étage. » Ce restaurant est toujours au même droit, la voie ferrée a été enlevée il y a plusieurs décennies et le nom a changé.

* * *

Je retiens la caricature de McKale dans l’édition du 27 janvier 1971. Deux panneaux d’un dentiste et son patient : « – Vous avez des dents politiques mon ami. – Comment ça doc? – Elles sont croches. »

* * *

« Le lundi à la télévision couleur de Radio-Canada » c’était l’émission « Le Paradis terrestre » et Radio-Canada fait paraître une publicité dans Le Carillon du 27 janvier 1972 pour en mousser l’écoute. Cette émission en ondes depuis février 1968 allait devenir très controversée au point où elle allait être tout simplement retirée des ondes le 20 septembre 1972 après des centaines de lettres de certains téléspectateurs. Dans le deuxième épisode de la nouvelle saison, on avait osé y montrer une scène entre de deux gais, dont un nu montré de dos des fesses à la tête. Nous étions encore très loin de la permissivité (de l’ouverture d’esprit, écriront d’autres) des émissions télé d’aujourd’hui.