Carnets de voyage : Paris – 2 au 17 septembre 2006 (troisième partie)

9 septembre – C’est la journée de notre visite au château de Fontainebleau à bord d’un autobus de Cityrama. Ce château est plus petit et plus vieux que celui de Versailles. Sa construction originale remonte au XIIe siècle, mais c’est François 1er qui a ajouté la première aile. Puis Henri IV et Napoléon 1erlui ont tour à tour rajouté des sections et de nouveaux styles.

Après ses conquêtes en Italie, François 1er avait rapporté l’influence de la Renaissance, dont celle de Leonardo da Vinci. Notre guide, Sandrine, nous fait voir un superbe vase de trois pieds de haut en porcelaine de Sèves finement sculpté. Sandrine nous raconte que c’est François 1erqui a introduit la mode de la barbe en France, à la suite d’un accident de chasse au visage.

Nous nous arrêtons devant la petite table où Napoléon a signé l’acte de son abdication. Napoléon préférait semble-t-il Fontainebleau. Ce château était synonyme de chasse et de loisirs, par opposition à Versailles, qui était le centre politique et gouvernemental. Les jardins du château sont très impressionnants. Paraît que le grand parterre est le plus grand d’Europe. Les jardins de Versailles (que nous avions visités une treizaine d’années auparavant) sont plus grands, mais il y a moins de fleurs. De grosses carpes nagent dans les étangs du château.

Sur le chemin du retour, nous traversons le village de Barbizon sans nous y arrêter. Ce village a donné son nom à l’école de peintres qui a amené le mouvement impressionniste. Aujourd’hui, plusieurs riches Parisiens y ont leur résidence secondaire… un peu un Rockcliffe à l’architecture ancienne. Dans notre autobus, un couple et leur fils de Cantley dans l’Outaouais. Ce qui fait dire à Sandrine… « Bon retour au Canada »… puisque nous étions ses seuls clients francophones.

En soirée, au Café Leffe pour souper (près de Notre-Dame), un couple d’amoureux français s’excuse pour leur expression constante de baisers. Le gars nous dit que c’est parce qu’il l’aime. Je lui dis que c’est ce que je répète à ma femme depuis 38 ans. La jeune femme ajoute, en regardant Louise, que j’ai une très belle femme. Je lui dis que c’est ce que je lui répète depuis 38 ans aussi. À l’autre table voisine, un couple plus jeune nous étouffe avec au moins six cigarettes en un peu plus d’une heure. Au restaurant d’à côté, où nous avions soupé il y a quelques jours (Le Petit Châtelet), il y a un souper de noces. La mariée y est toujours avec sa robe de mariage. J’imagine une scène semblable du Marché By!

Le beau temps persiste toujours.

10 septembre– Après le lunch, une longue visite au Musée d’Orsay. Tellement à voir qu’après un certain temps nous ne voyons plus. Il y a une section spéciale sur Rodin, dont nous avions déjà vu des éléments au Musée de Québec il y a plusieurs années. Au lunch justement, nos voisins de table étaient un couple de retraités septuagénaires de Reims, qui nous racontent leur voyage au Canada en 1997. Que de bons souvenirs, y compris le violoneux de la cabane à sucre qui lui a chanté joyeux anniversaire… genre « Mon cher Gévran (?) C’est à ton tour… ». Neuf ans plus tard, il avait parfaitement retenu l’air.

En soirée, notre serveur nous pose une tonne de questions sur l’Ontario et notre coin de pays…où l’on parle français à sa grande surprise. Il se demande si on pourrait y ouvrir une boulangerie avec succès. (Note du blogueur : Nous avons arrêté de compter depuis longtemps le nombre de fois où nous devons expliquer la réalité de l’Ontario français et à chaque occasion, nos interlocuteurs n’en reviennent pas, parce que pour eux, au Canada, le français c’est au Québec … pas ailleurs.)

11 septembre– Cinquième anniversaire de l’événement identifié ici comme le 11-Septembre. Rien de notable à Paris sauf quelques références à la télé et dans les journaux. CNN ne parle que de ça bien sûr. Ici, le Moyen-Orient dérange davantage et le football au lendemain de Zidane fait la une et des pages et des pages de journaux.

Aujourd’hui, nous prenons la tournée « Le meilleur de Paris », une randonnée de 90 minutes sans jamais sortir de l’autobus, mais un survol rapide et intéressant de l’histoire du cœur de Paris et de l’histoire de France. Nous passons à côté du Jardin du Luxembourg, siège du Sénat français. Il faudra retourner visiter ce plus grand jardin de Paris. C’était notre neuvième journée à Paris et il faisait encore 30 degrés. (La cigarette des Français me tape sur les nerfs de plus en plus.)

Sur la terrasse du café La Rotonde des Tuileries, deux Américaines de la banlieue de Washington nous chuchotent qu’elles sont des « U.S. ». Pourquoi? Semble que les Américains se sentent moins les bienvenus en France!!! En tout cas, nous, nous sommes accueillis à bras ouverts. On nous reconnaît comme Canadiens, puis on nous demande ensuite si nous sommes de Québec ou de Montréal.

2 réflexions sur “Carnets de voyage : Paris – 2 au 17 septembre 2006 (troisième partie)

  1. Nous vous proclamons le plus beau couple de voyageurs au monde, une très belle passion à partager avec l’être cher, puisque vous avez maintenant suffisamment de voyages à votre actif pour nous entretenir sur : « Comment voyager en couple sans divorcer au retour ». Un brin d’humour… Bon dimanche !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s