Une loterie à Hawkesbury? Il n’en est pas question.

Le maire Victor Bruneau est catégorique : il n’est pas de question de loterie à Hawkesbury pour renflouer les coffres municipaux. On en parle dans l’édition du 16 octobre 1969 du journal Le Carillon. Le maire faisait référence aux villes de Montréal et de Sherbrooke, au Québec, et à leur système de « taxe volontaire », qui était très populaire auprès des résidants de Hawkesbury et de la région. Il y a même eu quelques articles pour parler de ceux et celles qui avaient une chance de gagner un gros lot.

* * *

Dans l’édition du 23 octobre, on apprend que la société Empire Bentwood Industries Inc. investira un million et demi pour s’installer à Hawkesbury et créer une centaine de nouveaux emplois. À son usine de Hawkesbury, Empire Bentwood produira des chaises destinées aux hôtels, motels et autres édifices publics. Empire Bentwood est une nouvelle entreprise formée d’intérêts canado-américains. Elle a fermé ses portes depuis longtemps.

* * *

La rumeur circule et Le Carillon du 6 novembre 1969 en parle brièvement. Il s’agirait de la construction d’une fonderie dans le canton de Longueuil qui créerait éventuellement 200 emplois. Personne ne veut parler. En fait, plus tard, l’usine était en construction et personne ne voulait confirmer son existence. J’y reviendrai.

* * *

La situation est courante aujourd’hui : quand les contraintes de production l’exigent, des employés sont mis à pied. À Hawkesbury, la nouvelle usine de Duplate Canada vient à peine de commencer ses opérations. Dans l’édition du 13 novembre 1969 du journal Le Carillon, on apprend que 54 employés sont mis à pied, trois semaines après leur embauche le 14 octobre. Le président du syndicat, William Lymett, avait mentionné que « l’embauche d’une troisième équipe de travail n’était pas indispensable et que les mises à pied devenaient donc inévitables ». Le problème est que plusieurs avaient quitté de bons emplois ailleurs, croyant en la stabilité de la nouvelle usine et donc de leurs nouveaux emplois. « Mais la grande cause, dans tout ceci, d’expliquer le directeur de l’usine, John Clarke, est simplement la situation naturelle du marché de l’automobile, dont une entreprise comme la Duplate ne peut que suivre les mouvements. » Ce sont les mêmes arguments qui ont amené la fermeture définitive de l’usine l’an dernier.

* * *

La saga est terminée et toute contestation devient futile. Le Carillon du 20 novembre 1969 rapporte la décision du comité des écoles publiques du Conseil d’éducation de Prescott et Russell de construire la nouvelle école publique à Pleasant Corners comme c’était son souhait en 1968. L’école devrait ouvrir ses portes au début de 1971. Le terrain acheté était beaucoup trop important pour les besoins de l’école, l’une des principales raisons de la controverse avec le fait qu’elle serait située trop loin de Hawkesbury, où était située l’école que cette nouvelle construction remplacerait.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s