Un bon hold-up… ça fait jaser

Un hold-up, rien de mieux pour alimenter un journal. Mais ce nétait pas drôle à ce moment-là, surtout pour les victimes. Le Carillon du 13 mars 1982 nous raconte ce hold-up à la Bijouterie Ginette de la rue Principale-Est à Hawkesbury. Deux hommes avaient réussi à senfuir, mais pas loin. « Après avoir déjoué les policiers en tirant un coup de feu, ils se sont enfuis apparemment en automobile, mais ils nont pu aller plus loin quun hangar dune cour entre les rues Mary et Champlain où ils se seraient cachés. Un des deux suspects, au moment de sa fuite, a été blessé dun coup de feu tiré par le sergent Edgar McGregor. » Un vrai film de gangsters. « Les forces de lordre navaient pas lintention de lésiner sur les moyens afin darrêter les malfaiteurs puisque les corps policiers de Rigaud, Papineauville, Lachute et Vaudreuil avaient été appelés au secours. » Les enfants de lécole LAssomption, à proximité, avaient dû demeurer à lécole après la fin des classes à la demande des policiers. « Cest en utilisant des gaz lacrymogènes, sans tirer de coups de feu que les policiers ont finalement mis la main sur les présumés malfaiteurs qui ont aussitôt été conduits au poste de police. » Cétait évidemment le sujet des conversations en ville. Les propriétaires de la bijouterie, Ginette et André Tremblay, avaient été ligotés et menottés. Le policier Jacques Laflamme sétait fait désarmer par un complice quil navait pas vu. Les voleurs sétaient enfuis à pied, mais les policiers soupçonnaient la présence dun troisième complice qui aurait été à lextérieur quelque part. Les deux jeunes enfants des Tremblay étaient justement à lécole LAssomption. Toute une histoire dont les détails supplémentaires avaient été racontés dans lédition du 17 mars.

* * *

Jean Leroux, ce jeune homme dont je vous avais parlé récemment, souhaitait une ordination sacerdotale « populaire » et il avait décidé dinnover en choisissant le complexe sportif de Hawkesbury comme lieu de son ordination. « Une cérémonie dordination ça arrive tellement peu souvent que selon moi, cest une occasion de fête populaire. » Larticle fait la une de lédition du 20 mars 1982. Jean était alors « stagiaire à la pastorale à lÉcole secondaire régionale de Hawkesbury ». Lordination aurait lieu le 18 juin suivant, mais entre-temps il serait sacré diacre à Limoges le 4 avril. Il voulait fêter avec la population parce que « les gens mont appelé à leur service tout autant que Dieu ». Lévénement était intéressant à ce point que les autorités municipales lui avaient offert les deux glaces du complexe sportif gratuitement. Et revenant à son ordination, Jean Leroux avait expliqué que « ce serait, du moins je lespère, une soirée canadienne qui suivra la cérémonie. Il y aura un orchestre et les gens pourront danser en groupe. Je ne pense pas quil y aura des problèmes, mais peut-être quelques remarques. » Je reviendrai sur la suite.

* * *

Mon rédacteur sportif Yvon « Togo » Legault ny allait pas par quatre chemins. Vers la fin de la saison 1981-1982, lentraîneur-gérant des Hawks de la Ligue centrale junior « A », Mac MacLean lui avait même interdit laccès au vestiaire de ses joueurs après les parties. Après une fin de saison décevante pour les Hawks, Legault écrit dans sa chronique du 20 mars 1982 que « pour le bien des Hawks et pour le bien du hockey en général à Hawkesbury et dans la région immédiate, il faut absolument quune réorganisation complète soit faite au niveau de la direction de léquipe locale. Et, le poste dentraîneur-gérant semble être le point de départ le plus plausible! » Bang!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s