Un cinquième en dix ans

Pendant combien de temps serait-il à son poste celui-là. Dans l’édition du journal Le Carillon du 5 novembre 1980, les citoyens de Hawkesbury apprennent que leur nouveau directeur des loisirs, à compter du 1er décembre, sera Michel Major. « Il sera directeur des loisirs, responsable de la programmation et de la gestion des établissements. » Le Conseil municipal ne pouvait être plus clair dans ses attentes. « Michel Major, 39 ans, marié et père de deux enfants, (…) a été l’un des trois candidats parmi 27 retenus pour les interviews. » Il toucherait un salaire annuel de 28 000 $ et déménagerait sa famille à Hawkesbury l’été suivant. « Le cinquième directeur des loisirs en dix ans a d’abord été employé chez E.B. Eddy, à Hull, avant de devenir directeur des loisirs de la ville de Touraine de 1971 à 1975. Après l’amalgamation des municipalités en la cité de Gatineau, il est devenu chef de la division des arénas de Gatineau de 1975 à 1978. Depuis cette date, il était surintendant des installations de loisirs et de récréation pour la cité de Vanier. » Ses prédécesseurs avaient été Rhéal Leroux (le premier), Gilbert Patry, William Jermyn et Gilles Lefort.

* * *

Il était temps. En tout cas, les citoyens de Hawkesbury en avaient assez. Lors du scrutin du 10 novembre 1980, ils décident de donner un congé bien mérité aux conseillers sortants Claude Demers et Armand Brunet. Le maire Laurent Cayen et le préfet Lucien Berniquez avaient été élus sans opposition. À l’élection, le sous-préfet Gilles Thériault a été réélu facilement. Et sans doute pour la première fois à Hawkesbury, un père et son fils siégeront au même conseil. Claude Drouin a évidemment été réélu haut la main et bon premier et ce qui ne surprenait guère, son fils Yves est élu au deuxième rang des conseillers; le père ayant tout de même récolté 106 votes de plus que son fils. Edward Mullin et Kenneth Gray avaient été réélus, alors que l’ex-conseiller Armand Larocque revenait et que le nouveau venu Jean-Pierre Picard faisait son entrée au conseil. Je siégerais avec lui quelques années plus tard. Claude Demers et Armand Brunet sont loin derrière et battus. C’était d’ailleurs ce que j’avais suggéré aux citoyens en éditorial avant les élections. Avec la présence du tout récent nouvel administrateur en chef Pierre Tessier et de l’arrivée prochaine du nouveau directeur des loisirs Michel Major, le mandat s’annonçait plutôt intéressant; il le serait.

* * *

« Si tout va comme prévu pour le Club de tennis et racquetball de Hawkesbury, un centre sportif intérieur pourra ouvrir ses portes dès le début de septembre 1981. » C’est ce qu’on peut lire dans le journal du 15 novembre 1980. « Le promoteur du projet, M. Yves Lalande, a indiqué au Carillon que les travaux pourraient être mis en chantier dès mars prochain et qu’il ne reste qu’à trouver le financement et à déterminer les coûts. L’édifice sera construit sur le rue Cameron, entre les usines Canadian Uniform et Canadian Buttons; sa superficie sera de 46 000 pieds carrés, dont 6 000 pieds carrés au sous-sol. Il comprendra quatre courts de tennis, six courts de racquetball, un court de squash, un bar, une garderie, des services connexes. Au sous-sol, les membres retrouveront une piste de jogging, des douches et saunas et autres services. On a prévu pour l’expansion future de l’espace pour deux courts de tennis et quatre courts de racquetball additionnels. Le parc de stationnement suffira à 101 véhicules. » Voilà, c’était encore une belle idée, mais tout n’avait pas été comme prévu.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s