Les élections sont passées… profitons-en!

Les élections municipales viennent d’avoir lieu et les nouveaux élus ne seront pas en place avant le début de janvier, ce qui n’empêche pas les membres sortants du Conseil des comtés unis de Prescott-Russell d’approuver une majoration de leur rémunération. Dans une proportion de 15 contre trois, le Conseil adopte une nouvelle rémunération de 4 000 $ pour les membres et 10 000 $ pour le président. Évidemment, la recommandation devra être revue par la Commission de lutte contre l’inflation. Jusque-là, les membres touchaient 99 $ par séance du Conseil (il y en avait 14 par année) et 66 $ par réunion de comité (et ça il y en avait beaucoup). À tout événement, cela équivalait à une hausse de 185 p. cent, pas mal loin du maximum de 8 p. cent que souhaitait la Commission de lutte contre l’inflation. Une autre recommandation qui minait la crédibilité des politiciens. Il en est question dans Le Carillon du 22 décembre 1976.

* * *

La nomination d’un administrateur en chef à Hawkesbury porte déjà ses fruits. Comme on peut le lire dans le journal du 5 janvier 1977, Raymond Lacroix a commencé à restructurer l’organisation en tenant compte des recommandations de la firme Price Waterhouse et Associés. « Ainsi, le secrétaire-trésorier Jean-Baptiste Cuillerier devient greffier et remplira les fonctions prévues par la Loi municipale, tandis que Jean-Jacques Poulin occupera les fonctions de trésorier. »

* * *

Les Hawks, l’équipe de Hawkesbury dans la Ligue centrale junior « A », ne figuraient pas aussi bien que les partisans ne l’auraient souhaité. L’instructeur Jean Payette démissionne et se vide le cœur auprès du rédacteur sportif Yvon Legault : « Certains actionnaires des Hawks de Hawkesbury et certains membres de l’exécutif sont tout simplement incompétents en matière de hockey. » Le jugement ne peut être plus direct. Plusieurs croyaient que les Hawks, à leur première année dans cette ligue de calibre supérieur, avaient une chance de remporter le championnat. Payette croyait plutôt qu’il fallait bâtir une équipe solide. Les attentes étaient beaucoup trop grandes et fallait que ça casse! Payette avait démissionné avant d’être congédié. Payette était le cinquième instructeur a quitté l’équipe en l’espace de deux ans et demi. Legault signe un long texte à cet effet dans le journal du 5 janvier 1977.

* * *

« Je suis loin de toi Mignonne… une comédie sentimentale de Claude Fournier avec Juliette Huot, Denis Drouin et Gilles Renaud » est à l’affiche du Théâtre Laurentien de Grenville. Ce film met en vedette Dominique Michel et Denise Filiatrault « enfin, pour la première fois, réunies au grand écran ». Je ne me souviens pas du tout d’avoir vu ce film, ni à cette époque, ni plus tard. Une grande publicité à cet effet dans le journal du 5 janvier 1977.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s