Était-ce une mission impossible?

« Le Conseil des comtés unis de Prescott-Russell deviendra un organisme tout à fait différent, quelque temps vers 1978, si un rapport de restructuration, en voie de préparation, est adopté comme tel. » Goldyn Sunderland, le commissaire retenu pour réaliser cette étude de restructuration, venait de faire connaître sa méthode de travail et l’essence de son mandat au Conseil des comtés unis. Je signe un long texte dans l’édition du 27 février 1975 du journal Le Carillon.

« À la fin de l’étude, dans le rapport final, le commissaire Sunderland entend souligner de façon particulière certains éléments qu’il juge importants : l’influence de l’accroissement de la population sur le développement régional; le développement futur et les mouvements de population en fonction des besoins dans chaque municipalité; les points d’intérêt des communautés; les frontières des municipalités; déterminer s’il faut un ou deux niveaux de gouvernement; analyser les amalgamations, les annexions et les consolidations; les relations entre les municipalités; division des responsabilités entre les gouvernements locaux et les comtés; une hiérarchie de planification; la réorganisation du Conseil et de ses comités; le rôle et le choix des dirigeants du Conseil; le système de représentation des gouvernements municipaux; la responsabilité des membres du Conseil auprès de la population; toute autre question relevant de la restructuration des comtés unis. »

C’était toute une mission. J’aimais bien jaser avec Sunderland. J’y reviendrai forcément en temps utile.

* * *

Nous sommes en 1975 et il y avait la Loterie olympique, en prévision des Jeux olympiques de Montréal l’année suivante. L’Ontario ne voulait pas se sentir seule et a décidé de créer sa propre loterie provinciale.Il en est question dans l’édition du 20 février 1975. « Le gouvernement utilisera le produit de la loterie pour apporter un soutien financier aux programmes d’activités culturelles, sportives et de loisirs à travers la province. » Les modalités de la loterie ne sont pas encore déterminées, mais les intentions sont nobles. « On s’attend à que la vente des billets de loterie rapporte quelque $100 millions d’ici deux ans. (…) Le revenu disponible pour l’aide à la culture, aux sports et aux loisirs, devrait atteindre $40 à $50 millions. » J’en parle parce que les profits de la loterie allaient contribuer à la construction de nouvelles installations sportives partout en Ontario et dans la région, dont, bien sûr, le fameux complexe sportif de Hawkesbury.

* * *

Ah, cette 417. Cette fois, il est question d’assurance-automobile. Le ministre fédéral de la Consommation et des Corporations est conférencier à l’école polyvalente de Plantagenet et laisse entendre que « l’ouverture de l’autoroute 417 pourrait amener une baisse des primes d’assurance-automobile ». Le ministre André Ouellet (oui, celui-là, mon ancien patron) répondait à une question d’un étudiant qui se demandait si la nouvelle autoroute 417, en libérant la 17, pouvait engendrer une diminution des primes étant donné que les risques d’accidents seront moindres sur la 17. Un agent d’assurance, Richard Cayen, avait expliqué qu’il faudrait attendre trois ans « le temps de mener une enquête pour déterminer le pourcentage d’accidents qui seront survenus pendant cette période ». Je n’ai aucune idée si la nouvelle autoroute a effectivement fait réduire les primes pour les automobilistes habitant le long de la 17.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s