La 417… un impact négatif somme toute

C’était à prévoir comme le précise la manchette de l’édition du 28 novembre 1974 du journal Le Carillon : « L’ouverture de la nouvelle 417… Un impact économique négatif tout le long de la Transcanadienne ». Le journal y consacre deux pages. Le secteur d’Alfred et ses « célèbres stands à patates frites » est particulièrement touché. « Un bon nombre de restaurateurs, garagistes, aubergistes, épiciers, bouchers et autres pourvoyeurs ont subi une chute rapide de leur chiffre d’affaires, allant dans certains cas jusqu’à 80 p. cent. (…) Les commerçants routiers de Hawkesbury jusqu’à Orléans en ont ressenti les effets. » Pourtant, tout le monde avait réclamé cette autoroute afin de réduire le volume de la circulation et réduire le nombre d’accidents mortels sur la vieille route 17. Et maintenant, « les commerçants parlent de 60 mises à pied dans la seule région d’Alfred ». En fait, le milieu commercial tout le long de la 17 ne s’est jamais remis de l’influence néfaste de la nouvelle 417.

* * *

Le référendum sur le projet d’un nouveau complexe sportif à Hawkesbury était le véritable enjeu du scrutin municipal du 2 décembre 1974 et la population est d’accord avec les promoteurs du projet dans une proportion de 1 739; mais 1 500 avaient quand même manifesté leur opposition. Le maire réélu Philibert Proulx avait donc eu raison de s’inquiéter pendant les longs débats des mois précédents; il savait que l’opinion était partagée. Mais voilà, le référendum avait été concluant et il fallait bien maintenant que le Conseil municipal aille de l’avant. Pourtant, le maire Proulx avait déclaré au journaliste Michel Tremblay de Radio-Canada qu’il continuerait à s’opposer au projet. « Ce n’est pas la population de Hawkesbury qui lui dicterait la façon de diriger les affaires de la ville » avait-il affirmé. J’y reviendrai forcément.

Entre temps, des nouveaux venus arrivent au Conseil de Hawkesbury, les conseillers Gilles Thériault et Jean-Guy Parisien. Le préfet Laurent Cayen avait été réélu sans opposition, alors que l’ancien conseiller scolaire Lucien Berniquez avait été élu sous-préfet sans opposition lui aussi.

Dans la région, là où il y avait opposition à la mairie, Bruno Massie gagne son pari à Alexandria; Roland Bercier fait de même dans Plantagenet-Nord; et André Lalonde mérite la victoire dans le canton d’Alfred, comme le fait Marcel-C. Leduc dans le canton de Longueuil. Dans Plantagenet-Sud, l’ancien maire J.-Henri Séguin revient à son poste en défaisant le maire sortant, alors que dans le canton de Russell, l’ancien sous-préfet et conseiller scolaire Gaston Patenaude hérite de la mairie.

* * *

Une énorme publicité dans l’édition du 21 novembre 1974 dans laquelle le Théâtre Laurentien de Grenville y annonce la projection du film de l’heure, réalisé par William Friedkin. « L’Exorciste », devenu depuis un film culte.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s