Des millions pour développer la Grande Île

« Le développement des 3,092,760 pieds carrés de la Grande Île nécessitera des investissements de quelques millions de dollars au cours des prochaines années. » L’affirmation rapportée dans l’édition du 2 novembre 1972 du journal Le Carillon cite un conseiller touristique du ministère de l’Industrie et du Tourisme de l’Ontario. Plusieurs misaient sur le développement de cette île pour en faire une attraction touristique pour Hawkesbury, mais l’idée de millions de dollars allait décourager la moindre initiative. En 2011, cette Grande Île est toujours un bel espace inutilisé au bord d’une belle rivière et voisine d’un pont neuf tout récent.

* * *

Je trouvais qu’il était injuste pour les conseillers scolaires Yvan Séguin et Doris Mallette, représentants de Hawkesbury au Conseil des écoles catholiques de Prescott et Russell, de ne pas savoir si les contribuables voulaient d’eux ou non puisqu’ils ne faisaient jamais face à leur électorat. Même si j’avais un énorme respect pour eux et que j’avais en fin de compte aucun désir d’être élu (j’aurais été souvent en conflits d’intérêts étant donné que ma femme était enseignante de ce Conseil), j’ai décidé de leur offrir l’occasion d’être confirmé par scrutin. Je soumets donc ma candidature au scrutin du 4 décembre, qui est confirmée dans l’édition du 9 novembre 1972 du journal Le Carillon. Je ferai une campagne très minimale, mon seul désir étant que les gens aient le choix d’aller voter pour leurs conseillers scolaires. Bien sûr, Séguin et Mallette seraient réélus, mais cette fois avec la conviction que c’était le choix des électeurs. Je leur referai le même coup à l’élection suivante, avec les mêmes résultats.

* * *

Cela peut paraître du déjà vu pour les citoyens actuels de la Cité de Clarence-Rockland, mais dans l’édition du 23 novembre 1972 du journal Le Carillon, la manchette annonce la démission du maire de Rockland, Georges Martin, un an avant la fin de son mandat de deux. Il avait été élu conseiller en 1962, puis maire en 1966, réélu les deux élections subséquentes. Le maire Martin était la cible de toutes sortes d’accusations à saveur politique et il en avait assez. « Dernièrement, écrit-il dans sa lettre de démission reproduite intégralement dans le journal, j’étais la cible de violentes accusations grossièrement exagérées. J’ai lancé un défi de faire enquête sur mon administration en exigeant que si l’accusateur principal me trouvait innocent qu’il laisse son poste public. Cet accusateur et son agitateur endiablé (et compagnie) ont consacré de nombreuses heures à fouiller toutes sortes de dossiers et à faire circuler un document des plus diffamatoires probablement jamais vu dans toute l’histoire de Rockland. Leurs recherches confirmaient toutefois mes déclarations d’être un serviteur honnête et celui avait voulu laisser planer des doutes sur mon intégrité m’a évidemment exonéré en laissant récemment son poste public. Quant à son collaborateur jaloux, le temps rend normalement justice à des tels individus. » Roger Charron le remplacera à la mairie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s