Edouard Carpentier contre Zarinoff Leboeuf?

Les spectacles de lutte étaient très populaires à cette époque et même la télévision en diffusaient des rencontres. Il ne fallait donc pas se surprendre que la direction du Centre Mémorial de Hawkesbury négocie avec l’organisation jugée alors la meilleure en son genre. Le Carillon du 6 avril 1972 nous apprend que la lutte « Grand Prix » présentera des matchs à Hawkesbury. Il y avait déjà des combats de lutte, mais les partisans se plaignaient de la qualité des prestations. « La lutte ‘Grand Prix’ détient actuellement des contrats avec les meilleurs lutteurs de l’heure, soit les Édouard Carpentier, Jean Ferré, Don Leo Jonathan, Ivan Koloff, Jos Leduc, Billy Two Rivers, War Eagle, Dale Roberts, Gerry Brown et Zarinoff Leboeuf. » Il y avait foule lors de ces combats, le temps qu’ils ont duré.

* * *

J’y fais référence dans ma chronique du 13 avril 1972. « Un film à ne pas manquer ‘The Godfather’, inspiré du célèbre roman de Mario Puzo. Il faudra toutefois ‘aller en ville’ parce que ce film ne passera pas prochainement dans la région, à moins que les propriétaires des cinémas locaux possèdent de bons ‘contacts’. ‘Le Parrain’ a battu tous les records jusqu’à maintenant partout où il a été projeté. »

* * *

La grogne règne au sein de l’Association canadienne-française de l’Ontario. « La majorité des délégués au 23e congrès annuel de l’ACFO, réunis en fin de semaine à l’hôtel Skyline d’Ottawa, ont refusé de modifier de quelque façon l’orientation et la philosophie de ce mouvement franco-ontarien. Les décisions de l’assemblée, notamment l’élection de M. Omer Deslauriers à la présidence générale de l’organisme, ont jeté une douche d’eau froide sur les mouvements de contestation, nombreux au sein de l’ACFO depuis plusieurs mois. » La contestation se situait au niveau de l’animation socio-culturelle, que certains voulaient éliminer alors que d’autres voulaient la maintenir. « L’ACFO n’a pas pu, encore une fois, définir le programme d’animation et déterminer qui gérera ce programme, l’ACFO ou les animateurs eux-mêmes. » L’organisme éprouverait constamment des problèmes au fil des prochaines années et n’a jamais réussi à rallier totalement la diaspora franco-ontarienne. Omer Deslauriers, en passant, étant originaire de Hawkesbury.

* * *

À Rockland, le projet d’un nouvel aréna retient les énergies de toute la population. Il faut un nouvel aréna, par exemple, pour permettre à la ville de conserver sa franchise de hockey de niveau junior B. Dans Le Carillon du 13 avril 1972, on apprend que le maire Georges Martin a même contribué un mois de son salaire à la levée de fonds pour le projet. L’objectif de la campagne était de recueillir 90 000 $. Rockland aura son nouvel aréna éventuellement, mais 40 ans plus tard ou presque, elle ne répondait plus au besoin. Le jeudi 25 août 2011, Rockland a célébré l’ouverture de sa nouvelle Académie internationale de hockey. En fait, il s’agit de nouvelles installations sportives propriété de la Cité de Clarence-Rockland, mais réalisée en partenariat avec l’Académie.

* * *

« Savourer une Mark T’en, c’est comme vous rappeler la date d’anniversaire de votre femme… ça contente. » Texte d’une annonce dans l’édition du journal Le Carillon du 13 avril 1972.