La politesse est-elle disparue de notre société?

À l’émission de Christiane Charette de ce matin du 20 janvier, une longue discussion intéressante sur les « mots » ou les « maux » courants. À la toute fin, la panéliste Denise Bombardier a souhaité le retour de la « politesse » dans notre société.

C’est vrai qu’être poli n’a plus la même importance que dans ma jeunesse. Mais notre société a changé depuis. Vous aurez remarqué que je n’ai pas utilisé le mot « évolué » pour décrire notre société, parce que dans le contexte de la politesse, je ne suis pas sûr que l’on puisse parler d’évolution.

Quoi qu’il en soit, la question porte à réflexion. L’encyclopédie en ligne Wikipédia la définit ainsi :

Elle demeure un ensemble de règles acquises par l’éducation. Elle comporte une double finalité : faciliter les rapports sociaux en permettant à ceux qui en usent d’avoir des échanges respectueux et équilibrés ; faire la démonstration de son éducation et de son savoir-vivre. Au cours des siècles, certaines règles de politesse se sont figées alors que d’autres évoluaient. De tous temps, des auteurs ont formalisé et rassemblé ces règles dans des traités dits « de civilité » (autrefois) ou « de savoir-vivre » (aujourd’hui).

La politesse se traduit tous les jours par l’utilisation de certains termes comme bonjour, au revoir, bienvenue, s’il vous plaît, ou merci, et par des attitudes spécifiques : sourire à qui vous parle, adapter sa tenue aux circonstances…

Vous aurez remarqué que le discours « poli-tique » est devenu un exemple flagrant d’impolitesse. Si c’est bon pour les leaders politiques, c’est forcément bon pour ceux et celles qui les élisent; oui ou non?

Au magasin, on se bouscule pour devancer la personne devant soi. Les portes s’ouvrent souvent seules; donc, on a pris l’habitude de ne plus ouvrir la porte pour la personne qui nous suit là où elles ne sont plus automatiques.

Je pourrais m’éterniser, mais vous aurez assurément fait les mêmes constatations.

2 réflexions sur “La politesse est-elle disparue de notre société?

  1. Eh! En effet, force est de constater que ces simples petits gestes et ces mots appris, très tôt dans la majorité des cas, semblent à tout le moins perdre du terrain de nos jours. Cela me semble une contre-réaction chez certains(nes) aux normes imposées par (la culture de) notre société. Le refus de toute autorité, de tout ce qui vient de l’extérieur de soi. On est passé de l’ère du “groupe”, à l’ère de “l’individualisation”. En corollaire, chez d’autres, il s’agit d’un rejet de ce qui vient du passé et qui, à leurs yeux, est dépassé. Bernard Émond (le réalisateur) exprime ces deux observations ainsi: «Le rapport à la culture du passé se fragilise […] Tout est maintenant affaire de préférence individuelle»(1). Et pourtant, ces attitudes et comportements sont garants de bonnes relations inter-personnelles. Les gestes de politesse marquent le respect de l’autre. Ils nous confrontent tous les jours à notre conception de la nature humaine. Si l’autre est digne de notre respect, les gestes de politesse le démontrent. En morale, c’est ce que l’on appelle « l’éthique au quotidien ».
    (1) Emond, Bernard, Allocution lors de la clôture de l’année universitaire, Université St-Paul, Ottawa, 2010.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s