L’ordi fait son entrée aux Comtés unis

Aujourd’hui, ce serait inimaginable qu’une organisation ou une entreprise ne soit pas informatisée; pourtant, à l’été de 1986, l’arrivée de l’informatique méritait une nouvelle. « C’est par étapes, en commençant par la système de paie en septembre prochain, qu’on introduira l’ordinateur aux comtés unis de Prescott-Russell. » Selon l’article du 2 juillet 1986 dans Le Carillon, « il faudra attendre mars 1987 pour l’installation du grand-livre général, et juin pour la mise en place du service des comptes payables et du système d’analyse des coûts par projet. Août 1987 est la date retenue pour le système des comptes recevables, alors que les mois de septembre et novembre de l’an prochain verront l’implantation du système de compte en fiducie pour la Résidence Prescott-Russell et un système de base de données pour l’Atelier Prescott-Russell de Plantagenet. » En d’autres mots, il aura fallu plus d’une année pour informatiser les Comtés. Et le coût de l’exercice? Entre 78 000 $ et 94 000 $, tout compris. Quand même beaucoup d’argent pour l’époque.

* * *

Avant ma pause estivale, je vous avais parlé de la controverse qui avait accompagné la publication du livre « Une communauté en colère ». L’éditeur-propriétaire du journal avait intenté une poursuite en diffamation contre les quatre auteurs et leur éditeur chez Asticou. La conclusion définitive de cette saga se retrouve dans les pages du journal de l’édition du 2 juillet 1986. La mise au point est publiée, sous forme d’encadré, juste à côté de la page éditoriale; donc, bien en évidence. Le texte du « communiqué », comme s’intitulait l’encadré manifestement rédigé en collaboration entre les avocats des parties, se lisait comme suit:

« Entente conclue – Plus de faussetés diffamatoires dans ‘Une communauté en colère’

Caroline Andrew, Clinton Archibald, Fred Caloren et Serge Denis, professeurs à l’Université d’Ottawa qui ont rédigé l’étude des relations de travail dans la région – histoire marquée par la grève de 1980 chez Amoco Fabrics – et André Couture, directeur des éditions Asticou, ont accepté de porter au texte un mot de précision au sujet de la fameuse note 14, au premier chapitre du livre ‘UNE COMMUNAUTÉ EN COLÈRE’.

L’addendum indique que la note 14 du premier chapitre ne vise par la personne d’André Paquette C.M., ni son journal Le Carillon

C’est la position qui a été réitérée par les quatre auteurs depuis leur mise en accusation pour diffamation par M. Paquette C.M., notamment devant le tribunal.

En retirant sa réclamation judiciaire, M. Paquette C.M. reconnaît, en ce qui le concerne, qu’il n’est plus question de faussetés diffamatoires dans ‘UNE COMMUNAUTÉ EN COLÈRE’.

On sait que les poursuites lancées par le propriétaire du Carillon ont donné lieu à la publication d’une série d’articles dans ce dernier journal ainsi que dans l’Express, autre organe appartenant à M. Paquette. Ces articles ont souligné le fait que les auteurs ont publié des faussetés à l’endroit du publiciste. En retirant sa poursuite, suite à l’entente conclue avec les auteurs et l’éditeur, M. Paquette C.M. reconnaît qu’il n’est plus question de faussetés telles que mentionnées dans les titres qui avaient fait sursauter les universitaires.

Sur l’entrefaite de ces gestes conciliatoires se règle le litige lancé voilà deux mois par le directeur du journal de Hawkesbury. »

Je trouve drôle la dernière référence : André Paquette n’était pas le directeur du journal, mais son propriétaire et éditeur.

* * *

Michel Lavigne consacre sa caricature du 2 juillet 1986 à la nouvelle qui avait fait jaser tout le monde ces jours-là. Jean Drapeau, le mondialement célèbre maire de Montréal depuis le 24 octobre 1960, avait annoncé qu’il ne solliciterait pas un autre mandat au scrutin de novembre suivant. Plus d’un quart de siècle à la mairie de Montréal, sans compter son premier mandat de trois ans en 1954-1957. Sous son « règne », Montréal avait inauguré son métro, avait accueilli l’Expo 67 et les Jeux olympiques de 1976, entre autres.

2 réflexions sur “L’ordi fait son entrée aux Comtés unis

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s