Un règne qui ne faisait que commencer

Quand j’ai parlé de la sélection de Don Boudria comme candidat libéral aux élections fédérales du 4 septembre 1984, j’avais commenté qu’il se retrouverait dans l’Opposition officielle. C’est aussi le titre que j’avais choisi pour la manchette de l’édition du journal Le Carillon du lendemain dans laquelle il était question du « raz de marée conservateur » à l’échelle nationale. Le gérant de campagne de Boudria, André Tessier, avait déclaré que « même les pires sondages (pour les libéraux) ne nous avaient pas laissés entrevoir un désastre de cette envergure ». Mais en politique, l’essentiel est de se faire élire et Boudria avait réussi son pari dans Glengarry-Prescott-Russell, bien que sa majorité ait été réduite de près de 10 000 votes sur celle qu’avait obtenue Denis Ethier à l’élection précédente. Le candidat progressiste-conservateur John Stante avait quand même récolté 16 340 voix comparativement aux 26 243 de Boudria. La pauvre néodémocrate Annemarie Collard s’était contentée de 6 897 votes, un peu plus que les appuis traditionnels au NPD dans la circonscription. Certains partisans de John Stante avaient blâmé la presse pour l’échec de leur candidat qui pourtant avait considérablement augmenté ses appuis surtout dans les secteurs à majorité anglophone de l’ouest et du sud-est de la circonscription. Bien sûr, c’est Brian Mulroney et ses progressistes-conservateurs qui formeraient le nouveau gouvernement national. Cette influence grandissante des secteurs ouest et sud-est allait jouer un rôle prépondérant vingt ans plus tard pour donner la circonscription aux conservateurs… mais il faudra qu’ils attendent la fin du « règne » de Boudria qui ne faisait que commencer.

* * *

« La nouvelle usine de 1 055 000 $ que Les Papiers Lapaco sont en train de construire sur la rue Cameron, dans le parc industriel de Hawkesbury, permettra à cette entreprise de créer 20 nouveaux emplois et d’augmenter son chiffre d’affaires de 3,2 millions de dollars d’ici trois ans. » Il en est question dans le journal du 5 septembre 1984. « L.P.C. fabriquera des produits spécialisés en papier : napperons, bonnets de cuisinier, serviettes et tapis de bain. (…) Aujourd’hui, la société fabrique environ 115 produits différents. Elle compte parmi ses clients hôtels, restaurants, hôpitaux et sociétés d’emballage. » Je ne suis pas sûr, mais je crois que cette usine est toujours là, mais qu’elle a changé de nom.

* * *

Entre les 9 et 20 septembre 1984, le pape Jean-Paul II est en visite au Canada et il s’arrête à Ottawa, notamment pour une messe sur les plaines Le Breton le 20. La veille, il aura effectué une promenade sur le canal Rideau, du lac Dow jusqu’au Centre des conférences. Le Carillon en avait évidemment parlé parce que toutes les paroisses de Prescott-Russell avaient organisé un événement spécial pour marquer cette visite historique.

* * *

J’avais mentionné que le préfet Lucien Berniquez était devenu maire à la suite de la nomination de Laurent Cayen comme shérif des comtés unis. Les membres du Conseil municipal avaient nommé Yves Drouin pour lui succéder comme préfet et avaient choisi l’homme d’affaires Gordon Johnson pour pourvoir au poste vacant de conseiller municipal jusqu’aux prochaines élections municipales de novembre 1985.

* * *

Je note, dans l’édition du 1er août 1984, qu’André Paquette, le fondateur du journal, reprend la barre. Il redevient président-éditeur du journal alors que son fils Michel, qu’il avait nommé à ce titre, fonde son entreprise « Michel Paquette et associés », qui devient consultante de la Compagnie d’édition André Paquette. Par la suite, j’ai poursuivi ma recherche d’un autre défi ailleurs parce que j’avais faussement cru que le « suivant », c’était moi comme on me l’avait laissé entendre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s