Ethier ne l’avait pas vu venir

Avec deux députés consécutifs aux Communes, la dynastie familiale des Ethier semblait assurée. Le député sortant Denis Ethier, « à sa grande surprise et à celle de la plupart des militants libéraux réunis à St-Isidore lundi soir », n’avait pas anticipé de concurrence lors de la réunion d’investiture en vue de l’élection du 18 février. Comme on peut le lire dans Le Carillon du 23 janvier 1980, Ethier n’avait pas été le choix unanime des délégués, puisqu’une « dame originaire de Plantagenet, Mme Kathleen McCormick Andrews » avait décidé de lui faire la lutte. Le résultat du vote parmi les 1500 délégués n’avait pas été rendu public, mais Ethier savait au moins qu’il était encore le candidat de son parti dans Glengarry-Prescott-Russell. « Je ne suis pas obligé d’énumérer ce que j’ai fait depuis huit ans, les faits parlent par eux-mêmes » avait-il déclaré au cours de la soirée. La candidature de Robert Racine, le maire de Casselman, avait également été proposée, mais celui-ci s’était désisté en faveur du député sortant.

* * *

La population était habituée à voir une religieuse à la tête de l’Hôpital général de Hawkesbury. Au début de 1980, c’est sœur Marie-Reine Perron, des Sœurs de la charité d’Ottawa, qui en est l’administratrice générale. Mais à compter du 18 janvier, cette responsabilité a été confiée à Mme Cécile Dagenais. « Cette docteure en sciences administratives et diplômée en santé publique possède une longue expérience dans le domaine de la gestion des services hospitaliers ou infirmiers. Elle avait d’ailleurs fondé l’hôpital Ste-Rose de Laval en 1957. » La construction du nouvel hôpital général de Hawkesbury devait d’ailleurs commencer le printemps suivant. On en parle dans le journal du 26 janvier 1980.

* * *

Un commentaire bizarre en rétrospective. Dans ma chronique du 26 janvier 1980, j’écris ceci : « Vous ne trouvez pas drôle que les politiciens et les médias nationaux n’ont pas donné suite aux récents propos de l’ex-Shah d’Iran, à l’effet que sa déchéance aurait été provoquée par un complot des grandes compagnies de pétrole qui auraient voulu provoquer une réduction de la production du pétrole iranien afin de pouvoir majorer les prix? » Une théorie de conspiration s’il n’en était une.

* * *

Une centaine de personnes s’étaient donné rendez-vous à l’hôtel de ville de Hawkesbury pour une visite de Maureen McTeer. Elle s’y était arrêtée dans le cadre de la campagne électorale fédérale et du lancement officiel du Fonds John McTeer Memorial, en l’honneur de son père. Ce Fonds verserait des bourses d’études afin de faciliter l’accès à des congrès ou à des études en sciences politiques par de jeunes conservateurs. Maureen McTeer, la femme du premier ministre Joe Clark, « avait été élue la première présidente de la Jeunesse conservatrice de Prescott et Russell, à la salle des Chevaliers de Colomb de Hawkesbury, le 25 septembre 1968 ». Elle l’avait d’ailleurs souligné dans son discours. Il en est question dans le journal du 26 janvier 1980.

2 réflexions sur “Ethier ne l’avait pas vu venir

  1. Si ma mémoire est bonne, Maureen McTeer était aussi la soeur de l’épouse de Jacques Martin, l’ancien entraîneur des Canadiens, avec qui j’ai eu la chance de travailler au Collège Algonquin.

    • Son divorce de Patricia McTeer, alors qu’il venait d’obtenir un contrat avec les Panthers de la Floride, avait fait la manchette des journaux en 2006. Elle avait réclamé de solides concessions en compensation des sacrifices qu’elle avait faits en l’épousant et en le suivant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s