Le bien-être de nos enfants… l’avenir en dépend

« En 1979, nous avons l’intention de renforcer ces services et ces programmes car nous croyons que la paix et la prospérité de l’avenir dépendent du bien-être de nos enfants aujourd’hui. » C’est le gouvernement ontarien qui l’affirmait dans une publicité dans le journal Le Carillon du 24 janvier 1979. Pourquoi? « 1979 a été proclamée Année internationale de l’enfant par les Nations-Unies dans le but d’attirer l’attention sur tous les enfants du monde. En Ontario, le gouvernement a toujours considéré que les enfants constituent la ressource la plus précieuse et a déployé tous les moyens possibles pour leur procurer santé, éducation et programmes sociaux. » Et il y avait cet avertissement important… « Cependant, pour que l’Année de l’enfant soit une vraie réussite en Ontario, nous avons besoin du soutien de tout le monde… de votre soutien. Vous seul, parent ou ami, êtes capable de donner l’amour et les soins qui sont tellement essentiels au développement harmonieux de l’enfant. » Le message conserve encore aujourd’hui toute sa pertinence.

* * *

« L’usine de Hawkesbury de la Compagnie internationale de papier vient d’être mise en accusation par le ministère ontarien de l’Environnement. L’acte d’accusation présenté à la CIP vendredi dernier précise que la compagnie a omis de se plier aux exigences d’une ordonnance de contrôle de la pollution qui remonte à 1975. » Il en est question dans le journal du 7 février 1979. « La CIP, en vertu de l’ordonnance de 1975 devait soumettre au plus tard le 31 décembre 1977 ses plans pour la mise en place d’installations contre la pollution. Le ministère avait ordonné à la CIP, à cette date, de mettre sur pied un programme de contrôle de la pollution en neuf étapes, qui a été partiellement suivi depuis. Une enquête menée par le ministère a déterminé que la CIP émettait dans l’Outaouais et dans l’atmosphère des quantités excessives de polluants. » J’en parle parce que les dépenses nécessaires à enrayer et prévenir les problèmes de pollution à l’usine seraient un facteur dans la décision de la CIP de fermer l’usine moins de trois ans plus tard. À suite évidemment.

* * *

Une autre invention dont l’automobiliste aurait pu se passer. « Les conducteurs qui font peu de cas des lois de la route auront une raison de plus de se méfier alors que la Sûreté de l’Ontario s’apprête à utiliser des voitures ‘fantômes’ dans ses patrouilles routières. » C’est ce qu’on peut lire dans le journal du 7 février 1979. « Depuis lundi, des voitures ordinaires munies de radar peuvent être utilisées un peu partout dans le comté de Prescott. Jusqu’à maintenant, les appareils radar étaient utilisés dans les autos-patrouilles régulières de la Sûreté de l’Ontario, a laissé savoir l’agent des relations communautaires Les Howard. Maintenant, les deux types de voitures seront mis en service. » Et ce que l’article ne dit pas… les policiers pourront attraper deux fois plus d’automobilistes délinquants, au moins.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s