Une association régionale d’entrepreneurs

Le débat sur le travail interprovincial refait encore surface de temps à autre. Comme on peut le lire dans Le Carillon du 23 août 1978, « face à ce qu’ils considèrent une compétition déloyale de la part d’amateurs et de compétiteurs outre-province, les entrepreneurs en construction de Prescott-Russell ont jeté les bases d’une association régionale, mercredi ». Pas moins de 36 entrepreneurs avaient répondu à l’invitation des organisateurs, dont Roger Clément, le président intérimaire du mouvement. Comme le rapportait le journaliste Charles Burroughs, « les entrepreneurs de l’Ontario ne peuvent travailler au Québec, ou très peu, d’indiquer M. Clément, alors que ceux du Québec peuvent œuvrer dans les comtés en toute liberté. De plus, n’importe qui peut se lancer en affaires du jour au lendemain, dans un corps de métier quelconque, ce qui ne fait pas l’affaire des entrepreneurs déjà en place ». Les entrepreneurs s’en prenaient surtout aux « fly-by-night » et les « moonlighters », des firmes itinérantes « qui n’emploient aucune main-d’œuvre locale et qui disparaissent avec leurs profits une fois leur travail terminé ». En 2012, ces « fly-by-night » sont encore très actifs dans les comtés unis et ailleurs.

* * *

J’aimais bien ce grand bonhomme et je parle de lui dans ma chronique du 30 août 1978. « Le successeur de Rémy Beauregard au poste de secrétaire général de l’Association canadienne-française de l’Ontario, organisme présidé par Gisèle Richer, de Rockland, n’est pas encore choisi. On sait que M. Beauregard a démissionné après sept années à son poste. Il quitte l’ACFO le 8 septembre pour occuper le poste de directeur régional adjoint au bureau régional de l’Ontario du Secrétariat d’État fédéral, à Toronto. »

* * *

L’affirmation était sûrement exagérée. « Cinq mille personnes, soit 10 p. cent de la population des comtés de Prescott et Russell, sont alcooliques et la moitié d’entre eux ont besoin d’aide. Ces chiffres surprenants ont été proférés par M Philippe Durocher, conseiller en réhabilitation pour alcooliques auprès des Ateliers de l’Est, projet voué à la réhabilitation des victimes de l’alcool. » Deux articles sur la question sont publiés dans le journal du 30 août 1978. « Selon l’Addiction Research Foundation, 8% de la population de la province consomme trop d’alcool, et la tendance est plus levée chez les francophones et les autochtones, d’après une étude datant de 1971. (…) M. Durocher estime également que 40 p. cent des alcooliques sont des femmes. » Les Ateliers de l’Est s’installeraient dans les anciens locaux de la firme Jarry Electronics, rue Laurier à Hawkesbury. Le projet « s’adresse aux personnes sans travail affligées d’un problème d’alcoolisme, aux femmes aussi bien qu’aux hommes, résidants des comtés de Prescott ou Russell ». Je ne sais pas ce qu’il est advenu de ces Ateliers de l’Est.

* * *

On ne se serait attendu à rien de moins. Dans le journal du 30 août 1978, on peut lire que « les membres de l’organisation des Hawks de Hawkesbury ont contribué un montant total de $53,040 aux fonds de la campagne de souscription pour le nouveau complexe sportif de la ville ». Les Hawks, après tout, en seraient les grands bénéficiaires.

* * *

À l’affiche du Théâtre Régent de Hawkesbury en cette fin d’août 1978, le film « Grease » qui nous ferait découvrir John Travolta et Olivia Newton-John. Un classique du genre, bien sûr.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s