Il voulait savoir si la démocratie existait en politique

À l’échelle de l’Ontario, les conservateurs de Bill Davis obtiennent 51 sièges lors de l’élection du 18 septembre 1975 soit un gouvernement minoritaire, puisque les néo-démocrates en avaient obtenus 38 et que les libéraux en avaient récoltés 36. Dans Prescott-Russell, le député sortant conservateur Albert Bélanger est réélu, mais sa majorité habituelle est réduite. Le Carillon fournit tous les résultats dans une édition spéciale publiée le lendemain, un vendredi. Bélanger a récolté 11 022 votes, alors que le candidat libéral Roger Charron, de Rockland, en obtenait 8 957, beaucoup plus que le candidat libéral Philibert Proulx (5 532) lors du scrutin de 1971. Quant au néo-démocrate Raymond DesRochers, de Hammond, il a terminé troisième avec 5 019 votes, ce qui était quand même une bonne performance comparativement aux candidats néo-démocrates précédents. Mais DesRochers, qui avait été aussi battu lors de la dernière élection fédérale de 1974, avait annoncé son abandon de la politique… comme candidat. Les interventions politiques de DesRochers allaient se poursuivre pendant encore très longtemps. Quant à Charron, il avait considéré les résultats comme « une victoire morale ».

DesRochers avait fait la déclaration suivante à notre journaliste Claude Lamarche : « Je voulais savoir jusqu’à quel point existait la démocratie dans la politique et j’ai eu ma réponse. Il n’existe aucune démocratie en politique. Le seul intérêt pour la population est l’argent. Maintenant je sais, et je me retire. »

* * *

C’était un projet d’été de quelques étudiants de Rockland : Carole Auger, Alain Gratton et Joanne Gratton. « Ce journal, qui tire à 15,000 copies, comprend des textes relatant les différentes activités et associations qui existent dans notre région. » En fait, Bonjour chez-nous était beaucoup plus que la publication la Jase-Rie qu’avaient lancée quelques étudiants de St-Albert dans le cadre d’un projet financé par Perspectives-Jeunesse. Bonjour chez-nous allait devenir un véritable journal qui serait un jour acheté par Les Éditions André-Paquette, société éditrice du journal Le Carillon. On raconte les premiers pas du journal de Rockland dans l’édition du 11 septembre 1975 du journal Le Carillon. Bonjour chez-nous est disparu éventuellement pour faire place au journal Vision, également de Rockland et qui fait partie des Éditions AP.

* * *

C’était beaucoup d’argent pour l’époque. Comme le rapporte Le Carillon du 2 octobre 1975, la CIP a mis en œuvre « un programme de $1.5 million visant à améliorer l’environnement de son usine de pâtes de Hawkesbury ». « La tranche la plus importante du budget sera utilisée pour réduire les émissions atmosphériques de bioxyde de soufre sans pour autant négliger de réduire les émissions de vapeur d’eau. En outre, on apportera quelques modifications au système de cueillette des solides en suspension contenus dans les eaux usées à la sortie d’usine. » Ce ne serait pas suffisant pour garantir la survie à long terme de cette usine. À suivre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s