Immergés dans l’atmosphère francophone… pas bon!

Forest Park est une petite subdivision résidentielle aménagée à l’est d’Embrun et qui comptait à l’époque environ 70 familles. L’édition du journal Le Carillon du 3 avril 1975 rapporte qu’un groupe de parents de ce secteur préféreraient que leurs enfants fréquentent l’école secondaire Osgoode, à Metcalfe, plutôt que l’école secondaire de Plantagenet, plus éloignée il va sans dire. L’Association des contribuables de Forest Park East craint « pour le bien-être de leurs enfants, immergés dans l’atmosphère à majorité francophone de l’école de Plantagenet. (…) La transition de la huitième à la neuvième année est déjà assez compliquée sans y ajouter la complication des langues ». Des parents se sont sentis obligés d’expliquer leur raisonnement, mais de toute façon le Conseil d’éducation n’avait pas donné suite à cette requête.

* * *

Je note dans ma chronique du 10 avril 1975 que « Claude Tremblay, un étudiant en journalisme au collège Algonquin, effectue un stage de deux semaines au Carillon ». Un de ses profs me l’avait décrit comme le meilleur parmi leurs étudiants. Il m’avait impressionné par ses talents et il allait devenir un membre permanent de ma salle des nouvelles un peu plus tard. Claude, comme plusieurs avant lui et après lui, aboutirait éventuellement au journal Le Droit. Il y a connu une longue carrière et c’est de là qu’il a éventuellement pris sa retraite. À un certain moment, alors que j’étais aux communications avec les employés à Postes Canada, il avait postulé pour un poste et j’avais fait l’erreur de ne pas l’embaucher. Je devais répéter la même erreur beaucoup plus tard, avec un autre de mes anciens journalistes, mais cette fois alors que je dirigeais les services linguistiques. Errare humanum est m’aurait répété mon prof de latin. Deux grands regrets.

* * *

Le fait qu’un couple de Hawkesbury ait récemment remporté 50 millions de dollars à la LottoMax attire mon attention sur un court texte dans l’édition du 17 avril 1975 du journal Le Carillon. On y annonce que les premiers billets de la nouvelle loterie ontarienne Wintario « seront en vente aujourd’hui ». « Le premier tirage aura lieu le 15 mai prochain, et les tirages subséquents auront lieu à tous les deux jeudis. À chaque occasion, un grand prix de $100,000 sera décerné, en plus d’un certain nombre de prix en argent. » Les autorités provinciales prévoyaient vendre 1 350 000 billets, mais en ont finalement imprimés 1 890 000, qui ont tous été vendus. Le concept a évidemment fait boule de neige d’un bout à l’autre du pays. Nous étions loin de la LottoMax et autres loteries multimillionnaires d’aujourd’hui.

* * *

Les Galeries Lachute seront construites dans cette ville et seront voisines du Club de golf de Lachute. Il s’agit d’un projet de 6,5 millions de dollars. Le Carillon du 24 avril 1975 rappelle que ce centre regroupera le marché d’alimentation Steinberg et un grand magasin Zeller’s, ainsi que plusieurs autres boutiques… une cinquantaine en tout. Les Galeries sont toujours là, victimes bien sûr du Walmart (comme cette marque s’écrit aujourd’hui) aménagé de l’autre côté de la rue.