« Les Canadiens français étaient là avant nous »… Vincent Massey

Le Dr Laurent Isabelle est le président du Collège Algonquin et il est membre du Conseil consultatif des affaires franco-ontariennes. Il en est question dans Le Carillon du 27 novembre 1975. C’est à ce titre qu’il avait prononcé un discours devant les Franco-Ontariens d’Elliot Lake, dans le nord de l’Ontario; il y avait parlé de la culture canadienne-française en Ontario. Ce que je retiens toutefois, c’est une déclaration de l’ancien gouverneur général Vincent Massey (il avait fait sa déclaration alors qu’il présidait la commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le multiculturalisme) qu’Isabelle avait répétée et que je trouve encore pertinente en 2012. Massey avait laissé entendre que les anglophones avaient mis du temps à comprendre; j’ose ajouter que tous n’ont pas encore nécessairement compris :

« Le plus grand contraste entre la nation américaine et la nôtre est que la première est une nation n’ayant qu’une seule langue tandis que le Canada est une nation ayant deux langues et, fondamentalement, deux cultures. Laissez-moi dire franchement et en toute humilité, qu’il nous a fallu, à nous les Canadiens anglophones, assez longtemps pour nous rendre compte que nous avons deux cultures dans notre pays et que nos concitoyens, les Canadiens français, étaient là avant nous.

Il ne faut pas oublier que plus d’un quart de notre population n’est ni d’origine française ni d’origine anglaise. Nous accueillons volontiers les cultures que ces nouveaux Canadiens ont amenées avec eux; nous apprécions la contribution qu’ils apportent à notre vie nationale. Pourtant, les deux races fondatrices restent les français et anglais dont la langue et la culture ont une place spéciale et permanente sur la scène nationale. Il s’agit d’un fait historique et non d’un jugement politique. »

* * *

L’hôtel Bridge Inn, rue Principale à la hauteur de la rue McGill, est disparu depuis de nombreuses années. En 1975, ses propriétaires annoncent l’ouverture d’un « nouveau lounge » qui « peut accueillir 60 personnes » et qui offre « divertissement et danse ». C’était « l’endroit idéal pour venir passer une soirée agréable ». En fait, si ma mémoire est bonne, c’était bien beau, mais il y manquait drôlement d’atmosphère. Nous n’y sommes pas allés souvent.

* * *

Toujours dans le journal du 27 novembre 1975, nous apprenons que le gouvernement ontarien vient d’adopter une nouvelle loi pour réduire les limites de vitesse sur les routes de la province et rendre le port de la ceinture de sécurité obligatoire pour tous les automobilistes. Ainsi, « la vitesse limite sur toutes les routes à quatre voix de la province sera de 60 milles à l’heure et partout ailleurs, en Ontario, la vitesse permise sur les routes principales sera de 50 milles à l’heure ». Le système métrique n’est pas encore apparu sur les routes canadiennes. « Vous devrez donc porter votre ceinture dès le 1er janvier 1976 ou risquer de payer des amendes qui varieront entre $20 et $100. Il est possible que le port de la ceinture devienne obligatoire au Québec comme en Ontario. »

* * *

Le nouvel aréna de Rockland sera officiellement inauguré le samedi 29 novembre. Les « Anciens pros » allaient disputer une partie de hockey amicale contre une équipe de Rockland. Comme on peut le lire dans Le Carillon du 27 novembre 1975, les Anciens pros réuniront « Lorne Worsley, Claude Lussier, Roger Morissette, Dollard St-Laurent, Lee Hardey, Walter Clune, Jean Gauthier, Jacques Deslauriers, George Bouchard, Connie Borden, Phil Goyette, Claude Laforge, Ken Mosdell, Claude Pronovost, John Ferguson, Bernard Geoffrion, Henri Richard, Robert Rousseau, Fleming Mackell, l’arbitre Red Storey, les juges de lignes Gérard Racette et Jacques Labelle et les entraîneurs et instructeurs Pierre St-Laurent, Robert Morissette et Marcel Bonin ». Tant mieux si vous pouvez vous souvenir de tout ce beau monde; moi, à peine une dizaine me dit quelque chose aujourd’hui. Ce « nouvel aréna » prendrait éventuellement le nom d’aréna Jean-Marc Lalonde, mais n’est plus utilisé en 2012, ayant été remplacé à l’automne de 2011 par la nouvelle Académie internationale de hockey.