« L’Arnouche »… une autre tentative de journal local

Le programme fédéral d’Initiatives locales était très populaire en 1975 et 1976 et plusieurs en profitaient pour lancer des projets de journaux ou de publications. Cette fois, L’Arnouche est mis sur pied pour renseigner les gens de Casselman, Embrun, St-Albert, Limoges et Crysler. Dans Le Carillon du 22 janvier 1976, il est question de la première édition de cette publication. Par contre, à compter du 26 juin suivant, il n’y aurait plus de subventions pour assurer la survie du journal et, bien entendu, il ne survivra pas longtemps. L’équipe était composée de la rédactrice-en-chef Lyse Huot (j’ai parlé d’elle à quelques reprises dans mon blogue), de la rédactrice Marie-Claire Boulerice, de l’agente d’information Marita Charbonneau et de la responsable des ventes Francine Desnoyers. Les collaborateurs étaient France Couillard pour les dessins, Raymond Lemieux pour les photos, et pour les corrections, Jean-Pierre Perreault, prof à l’école secondaire de Casselman, et le curé Joseph Bernier (oui, oui, le curé).

* * *

La Chambre de commerce de Hawkesbury veut absolument empêcher la fermeture du bureau du Canadien National dans la ville. C’est la manchette de l’édition du 29 janvier 1976. Le CN avait déjà transféré ses services de télégramme (une autre époque assurément) à Ottawa et les gens d’affaires locaux en étaient mécontents. Cette fois, le CN n’offrirait plus aucuns services directement à Hawkesbury. Claude Tremblay explique tout ça dans son article à la une. Les démarches de la Chambre de commerce ne donneront rien, le CN ayant pris sa décision.

* * *

L’économie n’est pas bonne. « Le Conseil municipal de Hawkesbury a suspendu indéfiniment le projet du Boulevard du Chenail. » Il en est question dans Le Carillon du 29 janvier 1976. La décision était à prévoir puisque ce dossier n’aboutissait à rien depuis plusieurs années. Cette route du nord allait éventuellement voir le jour, heureusement, et la rue Principale ne serait plus jamais la même.

* * *

Dans ma chronique du 29 janvier, je note que « la chaîne Walkers, propriété de Marks and Spencer, cessera bientôt ses opérations à Hawkesbury et que le local actuel du magasin sera ensuite occupé par les entreprises Peoples (par les diamantaires connus), une chaîne de magasins à rayons ».

* * *

Un autre signe des temps dans l’édition du 29 janvier 1976. « Après 92 ans, la maison Eaton vient de publier son dernier catalogue – l’édition printemps-été 1976 – qui mettra un terme à la vente de marchandises dans ce secteur. Ainsi, la tradition qui date de 1884 (1927 en français) vient de prendre fin et les enfants n’auront plus le loisir d’y aller à grands coups de couteaux dans l’un des livres sacrés du consommateur. » Donc, il est facile de se souvenir que le dernier catalogue Eaton a été publié l’année des Olympiques de Montréal.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s