Des procédures judiciaires en français… enfin

Ce n’était encore une fois qu’un petit début, mais les Franco-Ontariens en avaient été reconnaissants. Comme on peut le lire dans Le Carillon du 4 décembre 1975, « le procureur général de l’Ontario, Roy McMurtry, a promis qu’il essaierait d’avoir l’approbation pour un projet pilote qui permettrait que les procédures judiciaires se déroulent en français » en Ontario. Il avait expliqué, lors d’une conférence de l’Alliance pour le bilinguisme, « qu’il était temps que les Franco-Ontariens se sentent confortables avec le système judiciaire provincial ». En Ontario, tout devait se passer en anglais et on offrait des services d’interprètes aux francophones; quant aux documents pertinents, ils étaient exclusivement en anglais. Un projet pilote serait tenté à Ottawa. On sait qu’aujourd’hui, en Ontario, il est possible de profiter de services judiciaires en français… mais pas nécessairement partout.

* * *

Voilà, finalement, « le dernier tronçon de 5.7 milles de l’autoroute 417, qui relie le Queensway à Ramsayville, a été ouvert cette semaine. L’ouverture de ce dernier tronçon met donc fin à la construction de la route 417 commencée en 1969. On estime à $26.3 millions le coût de ce dernier bout de chemin d’un peu plus de cinq milles. » Je note que d’autres millions sont en train d’être dépensés sur une partie de ce même « bout de chemin ». On est en train d’y aménager une nouvelle sortie et un nouveau viaduc qui relieront la 417, à la hauteur de Ramsayville justement, avec le chemin Hunt, qui traverse Ottawa d’est en ouest. Tout devrait être terminé en 2014. Si ma mémoire est fidèle, ce chemin Hunt n’existait pas lors de l’inauguration de la 417.

* * *

En cette fin d’année 1975, les corps publics élus de la région envisagent de nombreux projets ambitieux de nouveaux locaux, entre autres de nouveaux quartiers administratifs pour les deux conseils scolaires régionaux. En éditorial le 4 décembre 1975, j’écris que « nous doutons de la nécessité d’investir une telle somme, particulièrement dans un domaine qui coûte assez cher aux contribuables: par taxes foncières scolaires et par impôts sur le revenu. Dans deux ou trois ans, l’actuel Foyer Prescott-Russell à L’Orignal sera vide. L’édifice ne répond plus aux besoins des citoyens âgés, mais il se transformerait très facilement en de magnifiques bureaux pour les DEUX organismes de gestion scolaire. Les fonds scolaires provenant de la même poche, une initiative de coopération et de partage serait bien vue par la population. (…) Les deux annexes de l’Hôpital général de Hawkesbury seront vides une fois le nouvel hôpital construit. Imaginez-vous les dimensions d’un bureau administratif dans une ancienne chambre d’hôpital: l’espace ne manque pas. Les possibilités sont nombreuses. » Je préparais le terrain parce que je savais ce qui se manigançait dans les coulisses du Conseil des écoles catholiques et du Conseil d’éducation. J’y reviendrai.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s