Un projet de loi pour contrôler la presse

Les quotidiens Ottawa Journal et Winnipeg Tribune avaient fermé leurs portes en 1981. « Des gens avaient crié à la collusion et Ottawa s’est senti obligé de créer une ‘commission royale’, mais le rapport du commissaire Tom Kent avait soulevé des réactions négatives des entreprises de presse ». Le ministre Jim Fleming avait déposé un projet de loi, deux ans plus tard, pour contrôler les entreprises de presse quotidienne et il avait averti les journaux communautaires « d’éviter la concentration et de respecter les droits des lecteurs ». J’avais réagi, en éditorial dans Le Carillon du 20 juillet 1983, contre ce projet de loi inutile, en rappelant comment, essentiellement, les lecteurs exerçaient déjà un contrôle sur leurs journaux. « Le public a la liberté de ne pas acheter un journal qu’il n’aime pas. Un journal qui abuserait trop souvent de ses lecteurs, pour quelque raison que ce soit, se retrouverait rapidement hors du marché. Acheter un journal c’est en quelque sorte manifester un vote de confiance. » Ce n’est pas la première fois que j’utilisais cette expression.

Aujourd’hui, la prolifération des journaux gratuits, quotidiens ou hebdomadaires, n’offre plus toujours « ce vote »; mais c’est toujours valable pour les journaux auxquels il faut s’abonner ou qu’il faut acheter à l’exemplaire. J’avais aussi opiné que « dans une société comme la nôtre, il y aura toujours une vaste gamme d’idées, souvent contradictoires, émises par les divers journalistes. Chacun a droit à ses opinions et c’est au public mécontent de faire connaître la sienne. Si un média abuse de ses pouvoirs et dissimule des faits importants, il y aura toujours un autre média à proximité pour rétablir la situation. »

Dans notre monde contemporain, la présence des médias et des réseaux sociaux joue ce rôle de manière très évidente, bien qu’ils servent aussi à transmettre de fausses informations. Pour justifier l’inutilité du projet de loi Fleming, j’avais conclu qu’il « y aurait toujours les exceptions, mais c’est au public de manifester ses exigences, d’exprimer son mécontentement, de solliciter les correctifs qui s’imposent ou de porter à l’attention de qui de droit les situations qu’il déplore. » Au Carillon, nous mettions en pratique ce principe fondamental. Nous nous enorgueillissions de publier chaque semaine de très nombreuses lettres de nos lecteurs et en retour, nos lecteurs appréciaient cette gamme d’opinions. C’était bon pour les ventes du journal aussi.

* * *

Le Club de vol à voile de Hawkesbury (le Montreal Soaring Council) était établi à Hawkesbury depuis le début des années 50 et, si ma mémoire est fidèle, l’accident rapporté dans Le Carillon du 20 juillet 1983 a été le seul d’une telle gravité.

« D’intensives recherches se poursuivent afin de retrouver le corps de Lilian Stamboulieh, 29 ans, de Pointe-Claire dont le planeur s’est écrasé dans une lagune de la CIP au nord-ouest de Hawkesbury, dimanche vers midi, à la suite d’une collision avec un autre planeur. Le planeur de Stamboulieh a été repéré immédiatement tout comme celui de Samantha Hiscox, 18 ans, de Dollard-des-Ormeaux qui s’était abîmé dans la rivière Outaouais. Le corps de Hiscox a été retrouvé dans le poste de pilotage de l’appareil. Toutefois, le corps de Lilian Stamboulieh demeurait introuvable encore mardi après-midi malgré un ratissage minutieux des lieux. (…) Les deux pilotes détenaient des permis d’élève-pilote. » Son corps sera finalement repêché vendredi après-midi; il avait simplement remonté à la surface à côté de son aéroglisseur. Le coroner Royal Kirby avait évidemment déclenché une enquête.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s