La « crise du pétrole »… ce n’est pas d’aujourd’hui

La « crise du pétrole » n’est pas seulement d’aujourd’hui. Marcel Desjardins, dans son éditorial du 3 janvier 1974, fait référence à celle qui s’était amorcée en 1973 et qui se prolongerait pendant un certain temps. En fait, je pense que nous nous n’en sommes jamais totalement remis. « S’il faut en croire les manchettes des grands quotidiens du pays, l’année qui débute s’annonce très mal pour les consommateurs canadiens. (…) Si 1973 fut marquée par la montée en flèche du prix des aliments, il semble qu’en 1974 ce sont les autres produits qui attireront l’attention. » Après avoir énuméré une longue liste de produits qui seraient touchés par la flambée des prix, Desjardins (sous son pseudonyme de Paul Huneault) ajoute que « les hausses viennent de toute part et plus grosses que jamais. C’est le système de la libre entreprise avec tous ses profits et ses intermédiaires multiples qui subit un test quasiment historique sinon crucial. C’est la société de l’opulence qui est du jour au lendemain menacée pour ne pas dire dépassée. » Et ce paragraphe que Desjardins aurait pu tout aussi bien écrire cette semaine : « Changer le style de vie n’est subitement plus, depuis la crise de l’énergie, une question de préférence idéologique, c’est une nécessité. C’est peut-être une des leçons que notre société de consommation nous réserve cette année. » Voilà pour la petite leçon d’histoire.

* * *

Le chef libéral ontarien Robert Nixon est de passage dans la région afin de participer notamment à l’assemblée générale annuelle de l’Association libérale de Prescott-Russell. On en parle dans l’édition du 13 décembre 1973 du journal Le Carillon. Nixon lance l’idée d’une loterie ontarienne, inspirée de celle de Loto-Québec, qui rapporterait chaque année au moins 55 millions de dollars au trésor provincial. De toute façon, il faisait remarquer que de nombreux Ontariens achetaient des billets de Loto-Québec, bien qu’il soit illégal de le faire. Pour Nixon, une loterie « permettrait au gouvernement de mieux traiter les retraités de la province ». L’article ne précise pas que ce que Nixon laissait entendre par là.

* * *

Signe des temps et sécurité oblige, n’entre pas qui veut dans les écoles de l’Ontario ni d’ailleurs sûrement. Mais selon un article du 27 décembre 1973, à cette époque, la nouvelle Loi de l’éducation consolidée, ouvrait grandes les portes des écoles aux parents des enfants qui y étaient inscrits ainsi qu’aux commissaires d’école. « Sous la nouvelle loi, les parents et commissaires d’écoles seront désignés comme visiteurs et auront le privilège de visiter l’école de leur choix en tout temps. Le privilège était auparavant réservé aux ecclésiastiques et aux membres de l’Assemblée législative. »

* * *

S’il était de St-Eugène, je dois avoir des liens de parenté. Je me réfère à un texte dans l’édition du 3 janvier 1974 et reproduit du périodique Ontario Milk Producer, la revue des producteurs laitiers de l’Ontario. Elphège Lefebvre représentait les producteurs laitiers de Glengarry, Prescott, Russell et Stormont au sein de la Régie du lait de l’Ontario (l’Ontario Milk Marketing Board). Il avait été conseiller, sous-préfet et maire du Canton de Hawkesbury-Est, dont faisait partie St-Eugène; en 1964, il avait présidé le Conseil des comtés unis de Prescott-Russell. Le long article retrace sa vie, surtout celle de producteur laitier. Un paragraphe retient mon attention par contre : « La famille Lefebvre est fière de retracer ses origines au Canada depuis 1668, lors de l’établissement de leurs ancêtres en Nouvelle-France. Au début de 1800, la famille déménage au Haut-Canada et peut prétendre aujourd’hui avoir pris racine dans le sol du comté de Prescott, près de St-Eugène, au-delà de six générations. » Ma mère était une Lefebvre et elle venait de St-Eugène.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s