La marque d’un petit gars de Curran

Son nom ne vous dira sans doute rien, ou très peu. Dans Le Carillon du 25 mai 1983, nous avions reproduit un article du magazine québécois Justice consacré « au vérificateur général du Québec depuis août 1981 ». L’article était assez long et nous avions aussi reproduit l’encadré qui expliquait qui était ce Rhéal Châtelain.

« Franco-Ontarien d’origine, Rhéal Châtelain a passé presque toute sa vie dans la Fonction publique, tant fédérale que provinciale. Né à Curran en 1930, il obtient un baccalauréat ès arts et un baccalauréat en philosophie en 1951. Mais c’est aux affaires qu’il songe. En 1955, il obtient son diplôme de comptable agréé (C.A.) et entre à l’emploi du gouvernement fédéral. En 1973, il devient sous-ministre à la Fonction publique. Entre 1974 et 1981, il seconde le vérificateur général du Canada. (…)

Dans son entourage, on le décrit comme un bon meneur d’hommes, capable de motiver ses collaborateurs. Il est, souligne-t-on, très humain tout en étant d’une grande efficacité. Mais il ne s’en laisse pas imposer; c’est lui qui mène la barque. Plus qu’un frêle esquif: 170 employés, un budget de 6,4 millions par année. » Lui aussi avait étudié au petit séminaire d’Ottawa avant de s’inscrire à l’Université d’Ottawa.

* * *

« Le seul objecteur au changement de zonage au Centre d’achats Rozon s’est ravisé. Ainsi, la compagnie de couture (St-Lawrence Textiles) pourra aller de l’avant avec son projet d’implantation dans le centre d’achats sis dans le quadrilatère formé par les rues Thériault, Cécile, Laurier et Aberdeen à Hawkesbury. (…) Ses opérations créeront 150 emplois à Hawkesbury. » La St-Lawrence Textiles exploitait déjà une manufacture dans l’ouest de la ville, en face de l’ancienne CIP. En fait, les anciens bâtiments sont encore là bien que la St-Lawrence ait quitté Hawkesbury depuis de nombreuses années.

* * *

Le projet de construction du nouvel Hôpital général de Hawkesbury et la région était basé sur une collecte de fonds de l’ordre de six millions auprès de la population. Comme le déclarait le directeur général de la campagne de souscription à l’époque, « c’est rêver en couleur ». Le comité de souscription avait quand même réussi à accumuler 1,9 million $ en dons et en promesses de dons quand le bureau des gouverneurs de l’HGH avait demandé au directeur de démissionner. André Tessier « avait remis sa démission pour cause de santé, mais il a confirmé que le directeur la lui avait demandée, ayant décidé de former un comité de bénévoles pour s’occuper de la souscription ». M. Tessier avait quand même tenu à ajouter « que les prochaines activités pour la souscription seraient le festival folklorique en juin, ainsi que le tournoi annuel en juillet. Il a ajouté que la déduction à la source venait de commencer auprès des employés de l’usine de St-Lawrence Textiles. » Il tenait encore à cœur cette souscription et n’avait « pas écarté la possibilité de travailler à titre de bénévole pour la campagne de souscription à l’occasion ». Quant au bureau des gouverneurs, il souhaitait « une implication plus grande de la population locale ». Je ne m’inquiétais pas pour André Tessier.

Une réflexion sur “La marque d’un petit gars de Curran

  1. J’ai tenu ma promesse puisqu’à ma retraite je suis devenu membre du conseil d’administration de la fondation de l’hôpital et son président pendant 2 ans.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s