« Quand quatre athlètes rament à l’unisson »

L’engouement était national, sinon universel, et Le Carillon ne pouvait y échapper. Dans l’édition du 21 juillet 1976, j’écris en éditorial :

« Nadia Comaneci, 15 ans, de Roumanie. Il suffit d’admirer cette jeune fille à la télévision, pendant les présents Jeux Olympiques de Montréal, pour comprendre ce que le baron Pierre de Coubertin avait dans la tête quand il a ressuscité les jeux olympiques modernes. (…) Quand un athlète se balance sur une barre horizontale, sur les barres parallèles ou sur les anneaux, il nous faut admirer. Quand un individu se déplace dans l’eau avec grâce et rapidité, c’est une autre raison de s’émerveiller. Quand quatre athlètes rament à l’unisson, l’importance de la coordination est constatée.

Nadia Comaneci, Ludmila Tourischeva, Olga Korbut, Kornella Ender, Mike Bruner, John Naber, SHirley Babashoff, Rolland Matthes : leur nationalité n’a aucune importance. Quand on admire ces athlètes à l’écran, dans leur discipline respective, il faut reconnaître les années d’entraînement et de conditionnement consacrées par chacun à son épanouissement personnel, à son habilité et à accroître ses capacités. »

S’il y a quelque chose qui n’a pas changé depuis cette époque, c’est bien cela. À garder en tête lors des Jeux de Londres de l’été prochain.

* * *

Tout le monde connaissait l’usine de la CIL à Brownsburg; des gens de Hawkesbury y travaillaient depuis toujours. Dans l’édition du 21 juillet 1976, on peut y lire que « l’usine de Brownsburg de la Canadian Industries Ltd, qui se spécialise dans la fabrication de munitions de sport, vient d’être acquise par Valcartier Industries ». Par contre, CIL poursuivrait la fabrication de détonateurs et de produits connexes à Brownsburg, dans la division des produits explosifs commerciaux destinés à l’industrie minière. « Valcartier Industries, située près de la ville de Québec, est le principal fournisseur de munitions des Forces armées canadiennes. Elle fabrique également des munitions militaires et sportives destinées au marché d’exportation. (…) L’entente avec la CIL prévoit l’embauche des 365 employés de la division des munitions de la CIL à Brownsburg. »

* * *

Les Hawks de Hawkesbury, une équipe de calibre junior « B », a un nouveau président, Marcel Bélanger, et il a de plus grandes ambitions. Il veut que ses Hawks évoluent dans la Ligue centrale junior « A » de l’Ontario. Le « hic », le Centre Mémorial avait été condamné et il fallait un nouvel aréna. Une histoire à suivre. Les Hawks sont encore aujourd’hui dans la Ligue centrale et Marcel Bélanger est passé du vendeur d’automobiles à l’époque à propriétaire d’un important concessionnaire qui porte encore son nom à Orléans (Ottawa). J’ai arrêté de compter depuis longtemps le nombre de véhicules que je croise portant sa marque de commerce. En passant, cet article sur les Hawks était le premier portant la signature (« byline ») de mon nouveau rédacteur sportif, Yvon Legault.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s