« Use it… or lose it » aurait-on dit aux Franco-Ontariens

Nous sommes toujours en 1969 et la question des services en français est perpétuellement dans les débats publics en Ontario. Dans son éditorial du 24 juillet 1969, Jean-Robert Danis fait référence à de récents propos du ministre ontarien Fernand Guindon devant les membres du Club Richelieu de Vanier. Guindon aurait déclaré « que le gouvernement Robarts, après avoir fait des efforts louables au cours des dernières années pour instaurer le bilinguisme au sein de ses divers ministères, pourrait bien être tenté de réviser sa politique sur ce plan à cause du peu d’intérêt manifesté jusqu’à présent par les Franco-Ontariens pour utiliser les services mis à leur disposition ». « La majorité des Franco-Ontariens, avait dit Guindon, persistent à écrire en anglais aux divers ministères et à leurs représentants. Il devient alors très difficile de leur répondre en français. »

Le gouvernement ontarien était également « très déçu de l’attitude des Franco-Ontariens » sur la question des écoles secondaires françaises. Selon le ministre, il semble que les autorités des communautés à forte majorité franco-ontarienne craignaient « d’être qualifiées de séparatistes » et préféraient donner aux écoles un statut bilingue, bien que la majorité des étudiants inscrits soient de langue française. Guindon se référait à Cornwall, mais il aurait pu tout aussi bien parler de Hawkesbury. Et de conclure Danis : « Au cours des dernières années, le gouvernement Robarts a donné de trop nombreuses preuves de son attachement à la minorité francophone, pour que celle-ci lui démontre maintenant, par son manque d’intérêt, que ses efforts furent futiles. » Pourrait-on reposer la même question en 2011?

Quasiment! Ainsi, en cette fin de mai 2011, le commissaire aux services en français de l’Ontario, François Boileau, dans son rapport annuel de 2010-2011, « demande à la communauté franco-ontarienne de participer activement au processus de renouvellement des services gouvernementaux annoncé dans le dernier budget provincial ». Les journaux rapportent une affirmation de Me Boileau à l’effet qu’il « est très important en cette période de révision des services gouvernementaux que les Franco-Ontariens demandent d’être servis en français afin d’assurer la pérennité des services dans la langue de Gisèle Lalonde. (…) Demander ses services en français contribue à développer des milieux de travail francophone, ce qui contribue à la vitalité de la communauté franco-ontarienne ». Voilà,  nous sommes 42 ans plus tard et le même message doit être répété!

* * *

Dans l’édition du 31 juillet 1969, il est question de la marche sur la lune de Neil Armstrong dans une rubrique sous la signature d’un « nouveau venu »… Paul Huneault. En fait, il s’agissait du pseudonyme emprunté par le journaliste Marcel Desjardins. Desjardins était rendu à La Presse et son syndicat lui interdisait toute forme de collaboration avec d’autres journaux, y compris un hebdo communautaire comme son alma mater. Sa collaboration est donc devenue un secret bien gardé jusqu’à tout récemment. Un étudiant à une maîtrise en histoire à l’Université d’Ottawa me posait des questions sur moi (en tant qu’éditorialiste) et sur ce « Huneault » parce qu’il ne trouvait aucune donnée sur lui. Je lui ai expliqué pourquoi. En passant, je ne sais pas s’il me croyait mort, mais mon courriel aurait agréablement surpris ce futur « maître ».

Un hommage éditorial à John Robarts

Dans l’édition du journal Le Carillon du 1er août 1968, l’éditorialiste Jean-Robert Danis (ancien journaliste du journal qui était revenu au bercail après quelques années au journal Le Droit, frère du directeur du journal, Bernard, et beau-frère du journaliste Marcel Desjardins, futur vice-président de La Presse) rend hommage à John Robarts et sa décision de reconnaître la langue française à l’Assemblée législative de l’Ontario.

Danis écrit que « le gouvernement Robarts mérite d’être félicité pour son dernier geste. Sans tambour, ni trompette, il a, sans doute, fait beaucoup plus que le gouvernement central, au cours des dernières années, pour assurer la survie de la Confédération canadienne, en contribuant à améliorer le sort des Franco-Ontariens ». L’éditorialiste ajoute que « dans le domaine de l’éducation seulement, le régime Robarts a établi une meilleure répartition des subventions gouvernementales entre les écoles publiques et les écoles séparées, assurant ainsi justice aux Franco-Ontariens. (…) Ces mesures dans l’éducation combinées aux diverses positions adoptées par le gouvernement Robarts lors de la Conférence sur la Confédération de demain dans la Ville Reine, en novembre dernier, et lors de la conférence fédérale-provinciale sur la Constitution à Ottawa, en février, permettent aux Franco-Ontariens d’envisager avec optimisme leur avenir dans la plus riche et la plus peuplée des provinces canadiennes ».

En passant, Jean-Robert est décédé il y a quelques années après s’être étouffé avec un morceau de carapace de homard dans un restaurant de Hawkesbury; il ne s’en était pas remis. Jean-Robert avait quitté Le Carillon pour lancer son propre journal, L’Express, racheté plus tard par les Éditions André-Paquette. Bernard est décédé lui aussi depuis très longtemps, tandis que Marcel est malheureusement lui aussi disparu bien avant son temps, il y a quelques années à peine.

* * *

Dans l’édition du 15 août 1968, les Manufactures LaSalle annoncent l’ouverture de leur nouveau magasin à Hawkesbury. LaSalle, qui avait un petit magasin sur la rue Bertha, avait décidé de déménager dans des locaux plus imposants à cause de leur popularité sur la scène locale. LaSalle aménagera dans un nouvel édifice construit pour loger l’épicerie Rozon. L’ancien local allait devenir le siège administratif du nouveau Conseil de l’éducation de Prescott-Russell qui allait naître le 1er janvier 1969. J’y reviendrai.

* * *

En passant, les photos des danseuses en vedette dans les divers hôtels du coin sont de plus en plus censurées par des barres noires. La danse exotique était devenue la danse érotique. Vers cette période, la Sûreté municipale de Hawkesbury avait créé des problèmes pour un hôtelier de Lachute qui avait distribué des annonces pour ses danseuses dans la ville; cet hôtelier voulait éviter la « censure » des journaux régionaux. La Sûreté avait jugé les circulaires pornographiques.

* * *

Dans l’édition du 29 août, c’est Astro Industries Ltd qui annonce son arrivée prochaine à Hawkesbury, dans le parc industriel bien entendu. Ce sera une filiale de la compagnie Knitted Outaward Mills. L’entreprise se spécialiste dans la texturation de filés synthétiques pour utilisation dans le tricot et le tissage. Une trentaine de nouveaux emplois. Une nouvelle industrie de plus. Vous remarquerez que les nouvelles industries semblent toutes être du secteur du textile… moins payant pour les employés. Plusieurs de ces industries plieront éventuellement bagages pour le ciel mexicain ou l’Asie. Elles avaient bien entendu perdu les avantages liés à la désignation de « zone défavorisée », qui n’avait pas été éternelle bien sûr. Plus il y avait de nouvelles industries, moins défavorisée était la zone.